Un auteur réclame l'interdiction de “l'interdiction des livres qui nous déplaisent”

Antoine Oury - 08.03.2018

Edition - Société - pétition interdiction livres - On a chopé la puberté - interdiction livres censure


La polémique autour du livre On a chopé la puberté, signé par Mélissa Conté Grimard et Séverine Clochard, et illustré par Anne Guillard, s'est terminé sur l'annonce d'un arrêt des impressions de la part de l'éditeur, Milan. Une conclusion qui a choqué Vincent Cuvellier, écrivain : il a publié une pétition pour dire « Non à l'interdiction des livres qui nous déplaisent », estimant que la liberté d'expression prime.

 
umpffgrr!!!! (against censorship!!)
(izarbeltza, CC BY-SA 2.0)
 


Avec un second degré un peu préoccupé malgré tout, Vincent Cuvellier a publié sur la plateforme Change.org une pétition intitulée « Pétition pour interdire les pétitions ! Non à l'interdiction des livres qui nous déplaisent ». « Encore une fois, un livre pour enfants est pris pour cible. Une nouvelle fois, une pétition demande l'interdiction d'un ouvrage. Que ce livre soit bon ou mauvais, ce n'est pas la question. Qu'il soit sexiste ou non, ce n'est pas la question », indique l'écrivain qui fait bien sûr référence à la polémique autour du livre On a chopé la puberté.

 

Cet ouvrage, publié par les éditions Milan, a été accusé de véhiculer des propos sexistes. Il aurait participé à la « culture du viol », en incitant les jeunes filles à se tourner vers le maquillage, les chaussures ou les vêtements, à ne pas s'inquiéter de « prendre des formes », car cela ne signifiait pas être grosse, ou encore à doubler leurs vêtements pour cacher leur poitrine si un jeune homme leur faisait une remarque graveleuse.

 

Après une défense du livre et de ses auteures, les éditions Milan avaient fini par annoncer la fin des impressions du livre. L'illustratrice Anne Guillard, dans une tribune, a annoncé qu'elle arrêtait de dessiner les personnages mis en scène dans On a chopé la puberté, qu'elle avait créée il y a une dizaine d'années. « Vous avez le droit de trouver que les auteures auraient pu donner des conseils plus judicieux, ou que les extraits que vous avez vus tourner ne sont pas adaptés ; vous avez le droit de trouver ce livre idiot, ringard ou inapproprié », écrit Anne Guillard.


« Mais si vous réclamez qu’on fasse disparaître un ouvrage parce que vous n’en approuvez pas le contenu, alors c’est vous qui vivez au Moyen Âge », terminait l'illustratrice.

 

« Il y a plein de façons de combattre un livre avec lequel on n'est pas d'accord, à commencer par le non-achat et le débat », déclare pour sa part Vincent Cuvellier sur la page de sa pétition. « Après l'attentat contre Charlie-hebdo, tout le monde parlait de défendre la liberté d'expression. La liberté d'expression, c'est justement que des opinions qui ne sont pas les nôtres puissent s'exprimer. Ou on est pour ou on est contre, il n'y a pas de demi-mesure. La seule mesure à la liberté d'expression doit être la loi et rien que la loi », ajoute-t-il.

 

On a chopé la puberté : la liberté des auteurs,
la responsabilité des éditeurs ?

 

L'auteur espère mobiliser les éditeurs, libraires, bibliothécaires et, bien entendu, les auteurs et illustrateurs. La pétition est accessible à cette adresse.

 

Marie-Aude Murail, auteure de livres jeunesse, s'était exprimée dans les colonnes d'ActuaLitté sur la polémique On a chopé la liberté : « Le livre ne tombait pas sous l’effet d’une condamnation juridique. Et si cela arrive une fois, ça se reproduira. J’ai moi-même été victime de ces hashtags, et mes éditeurs m’ont soutenue pleinement. Ici, c’est le rétablissement de la censure, parce qu’en y regardant bien, tous les quatre matins, des gens s’indignent. Et face à cela, l’auteur a de plus en plus besoin de protection. Je suis inquiète du pouvoir qu’on donne à ces outils, tant la littérature jeunesse peut finir par être persécutée. »




Commentaires

Pétition contre les pétitions (et la censure) signée... et partagée ! Atteindra-t-on les 15.000 ? Partagez...
Vous avouerez que c'est quand même triste d'en arriver là blank stare
Signé partagé aidé. En espérant une mobilisation en masse des éditeurs ,libraires, auteurs ..Courage à tous pour faire face à la bêtise moutonniere.
Inacceptable tyrannique et sans exclaimaucune idée ,sans culture intelligence ou recul. ..cette décision est tout simplement liberticide à court terme ! Le culte du moi je..hélas!
Les sexistes sont clairs sur le contenu du livre incriminé (incriminé, et non interdit !) : « Qu'il soit sexiste ou non, ce n'est pas la question ». Imaginons une polémique autour d'un livre considéré (mais non condamné) comme raciste. L'auteur de la pétition écrirait-il : « : « Qu'il soit raciste ou non, ce n'est pas la question » ? Curieusement, j'en doute.



Au vu des propos tenus ici, la plupart des intervenants n'ont visiblement pas fait l'effort de lire la pétition ! La voici, brève et mesurée :

https://www.change.org/p/éditions-milan-retirer-du-marché-le-livre-sexiste-et-dégradant-on-a-chopé-la-puberté

Vous noterez que la pétition demande de retirer ce livre sexiste et dégradant pour les filles (cela n'est pas discutable dès qu'on en a lu quelques ligne set et vu quelques dessins !) du marché, et non de le censurer (l'interdire). Cela laisse donc la possibilité aux auteurs et aux éditions Milan (qui, en le publiant, a fait le choix de cautionner le contenu sexiste du livre) de le re-travailler pour en faire un ouvrage utile, et qui arme les filles contre les préjugés des autres et la honte de soi !



Ce serait, à mon sens, la sortie de crise la plus élégante et la plus constructive !
Stéphanie dit : on demande que le livre soit retiré, pas interdit. Le sophisme ,elle connaît apparemment. Les feministes (les nouvelles hein,pas les vieilles ) voudraient ré écrire des passages, elles ont déjà proposé des formulations qui leur plaisaient davantage . Mais ma chérie c est exactement cela la censure, c est vouloir corriger à sa manière un texte écrit par d autres.Assumez bon sang .
Aucune femme, à moins de vous en donner l'autorisation, ne consent – dans la vie réelle ou dans ce qui aurait dû être un dialogue respectueux, même vif – d'être appelée « ma chérie » par un inconnu. Nous n'avons pas gardé les cochons (sexistes) ensemble !



Quant au fond, re-travailler un manuscrit inabouti, insatisfaisant, erroné ou fautif, c'est justement ça, le métier d'éditeur ! Sinon, l'auto-publication suffit !
Totalement d'accord avec Stephanie.

Un ouvrage raciste écrit pour les enfants ne passerait pas aujourd'hui et c'est tant mieux.

Que l'éditeur prenne ses responsabilités et réédite l'ouvrage sans sexisme.
Une pétition contre les pétitions (on moins c'est humoristique) ?



Mais se remettre en question par contre non ? là c'est pas possible ? LE problème c'est le SEXISME, si, si, vraiment.



Lissez ça et apprenons de nos erreurs au lieu d'oublier le fond du problème

qu'est le sexisme : http://www.carriespeaking.com/blog/pourquoi-les-autrices-de-on-a-chope-la-puberte-ne-sont-pas-des-victimes
Mais chère Stéphanie je ne suis pas "un inconnu" mais "une inconnue" et mon "ma chérie était plutôt maternel que destiné à vous froisser.,Mais c est vraiment mignon de penser tout de suite que seul un homme (un prédateur sans doute) peut vous apostropher de la sorte. Ce qui manque beaucoup c est l humour,hélas. Allons allons ,tout ça est très sérieux, les fillettes sont attaquées dans leur essence (mais pas du tout lorsque Emma leur propose d évaluer la qualité du premier baiser au "clitorimetre" )

Quand à la re écriture pour ne pas porter le doux nom de censure qui vous fait pousser ces cris d orfraie ( on n a pas dit ça on n a pas dit ça...) ,elle n en est pas si et seulement si elle faite en accord avec l auteur ,et sans par exemple qu' on ait traité son ouvrage de "bouse intergalactique" (toujours la délicieuse Emma ) Sinon renseignez vous sur l histoire contemporaine, je crois qu' il y a dans les 70 ans par là des gens pas très sympas surveillaient ce qui ne leur plaisait pas dans l édition et soit le viraient soit y apportaient sans crier gare les modifications souhaitées.Vous leur emboîtez hardiment le pas au nom de principes établis par vous seules (mais qui exactement d abord,il y a beaucoup d anonymat derrière tout cela ).La démocratie c est quand même autre chose.

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.