Un Banquet à Livre Paris : Reed Expo usurpe la grande Cène

Nicolas Gary - 27.02.2019

Edition - Justice - banque livre Paris - livre Paris contrefaçon - marque Lagrasse banquet


Cet été, comme il se doit depuis 1995, le village de Lagrasse (Aude) accueillera son traditionnel rendez-vous, Le Banquet du livre. Organisé par l’association Le Marque-page, que préside Jean-Michel Mariou, cet événement réunit de nombreux passionnés de littérature et de philosophie. Mais cette année, l’aventure a comme un os en travers de la gorge.

Livre Paris 2017
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

C’est à l’initiative de Gérard Bobillier, figure de l’édition en France, et cofondateur avec l’écrivain Benny Lévy, entre autres, de la maison Verdier, que la première édition du Banquet du livre vit le jour. C’était là une forme de réinvention, au cœur des Corbières, de manifestations proposées dans les années 70 – comme les Cercles Socratiques.
 

Littérature et philosophie dans les Corbières


De 1995 à sa mort, en octobre 2003, les rencontres étaient placées sous l’autorité intellectuelle de Benny Lévy : l’homme avait enseigné la philosophie durant une vingtaine d’années à l’université Paris VII. Et la manifestation se poursuivit bien au-delà de son décès. Jean-Claude Milner, l'autre invité permanent, en prit la suite, et poursuit le travail aujourd'hui.

« On y retrouvait des penseurs, durant une dizaine de jours, avec l’invitation régulière d’auteurs proches de la maison Verdier, ou issus du catalogue. D’autres publiaient chez Minuit, et des maisons de cette mouvance », se souvient-on. Les éditions se sont succédé tous les étés – une seule pause d'une année fut tout de même marquée, le temps de retrouver des moyens financiers auprès de la Région et surtout du Département. 

« C’est devenu un rendez-vous estival original et très important : quand il fut impulsé en 1995, rien de semblable n’existait. » On y parle, on y mange, on y fait la fête, au milieu des livres et de la pensée, en somme. 

À compter des années 2000, le département de l’Aude, qui possède la moitié de l’abbaye de Lagrasse, confia une partie de ce lieu, pour que le Banquet se tienne. Une librairie, un café, un lieu de rencontre – et surtout, l’utilisation de la grande salle pour les libations et agapes littéraires. Deux autres temps de retrouvailles furent instaurés, à l’automne et au printemps.
 

Bamboche ou RIP... aïe ?


Dès 2006, s’ouvre alors la Maison du banquet et des générations de Lagrasse, qui ouvre ses portes à des animations plus régulières, mais également des résidences d’auteurs et de chercheurs. « Cette manifestation est connue de Brest à Nice, et la presse nationale s'en fait largement l'écho. S’y retrouvent parmi les meilleurs écrivains de leur génération », assurent les organisateurs.

Pas que, d’ailleurs : la manifestation est également soutenue depuis le début par le CNL, la Drac, la Région Occitanie, le Conseil Départemental de l’Aude et la Scam. Et pour 2019, elle sera particulièrement attentive l'anniversaire des 40 ans de la maison fondatrice, les éditions Verdier.

Mais le vin du banquet vient de tourner au vinaigre : alors que la marque est dûment déposée à l’INPI, l’association Le Marque-page découvre non sans stupeur que l’on vient lui marcher sur les pieds. Un opérateur, et pas des moindres « organise et invite l’édition à un Banquet du livre. C’est très aimable, mais ce n’est pas le nôtre, et ce nom nous appartient ». 

En effet, fort de ce que, l’an passé, une jolie sauterie fut organisée dans les allées du salon du livre de Paris, Reed Expo, coorganisateur de Livre Paris avec le Syndicat national de l’édition, récidive. Et son carton d’invitation, tout vintage, affiche la couleur : « Invitation au banquet du livre », prévue pour le 17 mars prochain. Avec ce petit mot festif : « Investissons les allées, pour faire la fête tous ensemble ! »

Délicieux programme, qui prolonge celui de 2018 – où le nom employé était déjà celui de... Banquet du livre. Là, les membres de l’association s’étranglent. 


invitation reçue par ActuaLitté

 
« Je ne vous cache pas notre émotion, et notre embarras devant l’incompréhension qui se manifeste depuis plusieurs jours de la part de nos adhérents et de notre public », indique Jean-Michel Mariou, écrivant à Michel Filzi, président de Reed Expositions France. 

Et les membres du Conseil d’Administration du Marque-Page, dont font notamment partie l’historien Patrick Boucheron, le philosophe Mathieu Potte-Bonneville, le libraire Christian Thorel ou le cinéaste Jean-Louis Comolli tombent des nues. 
 

À table, ou... à vos marques ?


« Soit ils n’ont pas pris le temps de vérifier, parce que la chose était d’une telle évidence, qu’ils se la sont appropriée. Soit ils ont procédé aux vérifications, et n’ont pas considéré utile de se préoccuper de ce qui leur apparaissait », indique-t-on à ActuaLitté.

De fait, il semble bien que la propriété de la marque n’a été vérifiée qu’après l’envoi du courrier du président de Marque-page à Reed. Or, elle est bel et bien enregistrée sous le numéro 4342488 auprès de l’INPI.

Un premier contact avec le SNE en fin de semaine passée, montre que le Syndicat est bien embarrassé, et assure d’une intervention auprès de Reed. Par la suite, c’est le directeur général, Michel Vilair, qui prend les choses en main : « On s’est entendu proposer par téléphone un courrier du SNE s’engageant à ne pas réutiliser la marque en 2020. Ainsi qu’un encadré pour annoncer notre programme. On marche sur la tête », déplore l’association.
 

Un banquet qui vaudrait bien un avocat...


Dans le même temps, Reed Expo leur répond que le descriptif de la marque est trop flou et ne coïncidence pas avec la petite soirée organisée pour célébrer les partenaires du salon du livre. « Le problème est que Pierre Dutilleul [NdR : directeur général du SNE] est fort sympathique et écoutant. Mais s’il reste sans moyen face à une société privée prestataire du salon, cela compromet nos relations avec le Syndicat. Et l’on prendra un avocat pour faire valoir nos droits s’il le faut. »

D’ailleurs, la demande de l’association n’est pas bien compliquée, « qu’ils n’utilisent pas pour leur sauterie le nom de notre manifestation ». Pas bien compliqué, a priori. « Ce qui doit les ennuyer, c’est qu’ils se sont approprié quelque chose qui ne leur appartient pas, et que le détenteur proteste. Et en plus, ils ont le toupet de monter sur leurs grands chevaux ! »  

Pour 2019, Le Banquet du livre se tiendra du 2 au 9 août.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.