Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Un bonus culturel pour les ados français : un gros billet à dépenser, ça cultive ?

Cécile Mazin - 16.01.2017

Edition - Société - bonus culturel adolescents - Audrey Azoulay ministre - culture lecture dépenses


Le gouvernement de Matteo Renzi inspire manifestement les députés français. Quand il était Premier ministre italien, ce dernier avait mis en place un Bonus Culture de 500 € pour les jeunes de 18 ans. Une somme à dépenser au gré de musées, livres, concerts, etc. Et pourquoi pas en France ?

 

Money!

Thomas Galvez, CC BY 2.0

 

 

Le Bonus Cultura partait de ce que l’on appelle un constat d’échec : les jeunes Italiens considèrent que l’accès à la culture est trop onéreux, et s’en détournent donc. Ainsi, l’idée de proposer un chèque-cadeau, dématérialisé, permettait de reconnecter la jeune génération aux industries culturelles. Et de les inciter à acheter de quoi lire, sortir, écouter... Bref, se faire une culture.

 

En tout, 290 millions € furent débloqués dans le cadre de la loi de Stabilité italienne, et le programme fut déployé sur le territoire en septembre dernier, jusqu’au 31 décembre 2017.

 

Hervé Féron, député socialiste, écologiste et républicain de Meurthe-et-Moselle, a trouvé que l’idée était fameuse. S’appuyant sur le rapport européen remis en décembre dernier, il pointe qu’économiquement, la culture, ce sont 12 millions d’emplois et 509 milliards € de valeur ajoutée. Pas tout à fait une paille.

 

Mais le député a principalement retenu trois propositions :

 

• un prix européen des secteurs de la culture de la création

• un programme de mobilité pour les jeunes innovateurs

• une généralisation du bonus culturel

 

C’est bien celui « lancé par le gouvernement italien et qui met 500 euros à la disposition de tout jeune de 18 ans à dépenser uniquement pour une activité culturelle telle que la visite d’un musée, d’une galerie, d’un site archéologique ou du patrimoine, l’achat d’un livre ou le visionnage d’un film ».

 

L'argent de la culture, ou la culture de l'argent

 

Le député demande donc à Audrey Azoulay ce que lui inspirent ces idées et d’insister tout particulièrement sur la faisabilité d’un bonus culturel en France. Selon le parlementaire, cela « pourrait attirer davantage de jeunes et pourquoi pas d’autres générations ou catégories vers la culture en France ».

 

La question est solide, mérite en effet d’être posée, mais c’est à un adolescent qu’il faudrait peut-être la poser : ils étaient près de 600.000 en Italie à bénéficier de ce Bonus Cultura de 500 €. Or, certains d’entre eux, pas vraiment attirés par l’idée de grossir les rangs dans leur bibliothèque, ont préféré revendre leur bonus.

 

Sur des groups Facebook, il était proposé de racheter les 500 € à moitié prix : le détenteur d’un bonus effectuait les achats, d’un côté, et de l’autre, les personnes intéressées achetaient alors leur livre à moitié prix. Astucieux, non ?