Un chamelier analphabète en prison pour avoir diffusé un poème via WhatsApp

Cécile Mazin - 02.02.2016

Edition - Emirats Arabes Unis - poème dissidence - prison WhatsApp


Pour avoir partagé sur le réseau WhatsApp, un homme illettré a été emprisonné par les Émirats arabes unis. On l’accuse d’avoir diffusé un enregistrement audio qui ridiculise le pays et les martyrs tués au Yémen. Son procès est déjà amorcé et l’avocat tente désespérément de faire comprendre que son client, qui ne sait ni lire ni écrire, n’avait aucune mauvaise intention.

 

Chamelle dans le désert. Camel in the desert.

Super-CarRoad-Trip, CC BY 2.0

 

 

« Mon client ne sait ni lire ni écrire. Il n’a même pas entendu le message. Il a bêtement transmis un poème diffamatoire qu’il a reçu par WhatsApp, à un groupe en ligne auquel il appartenait », assure Salem Al Ameri, l’avocat. Désigné par ses initiales, SA, âgé de 29 ans et vivant à Oman, est pourtant bien accusé d’avoir transmis un enregistrement : à l’intérieur, on raille les EAU, leur leader et les morts au Yémen, qualifiés de traîtres et de lâches.

 

« Les sentiments antipatriotiques dans ce poème ne reflètent pas ce en quoi croit l’accusé. Cela ne représente pas ses valeurs. Je ne me tiendrais pas devant vous aujourd’hui, votre honneur, s’il avait intentionnellement manqué de respect au grand sacrifice de nos martyrs de cette manière », a-t-il plaidé.

 

Selon lui, l’emprisonnement atteste d’une erreur. En raison de son faible niveau d’alphabétisation, même s’il avait écouté le message, il n’aurait pas été en mesure de le comprendre. « Les gens reçoivent toutes sortes de messages à travers les applications en ligne, qu’ils ne contrôlent pas. Un contenu douteux peut atterrir sur votre téléphone indépendamment de votre volonté », maintient l’avocat.

 

Et de demander que l’accusé soit acquitté : le simple fait d’avoir été emprisonné durant trois mois serait une punition largement suffisante. SA travaillerait en tant que chamelier. « Je travaille avec des chameaux et je prends soin d’eux », explique-t-il. 

 

Le problème est que la loi sur la cybercriminalité, aux Émirats arabes unis, prévoit une peine de prison et une amende pouvant se monter à un million de dirhams (250.000 millions €). Elle condamne toute personne qui, ayant eu recours aux réseaux sociaux, diffuse des messages « compromettant la sécurité de l’État et ses intérêts supérieurs, ou portant atteinte à l’ordre public »

 

Le verdict sera connu le 29 février. 

 

(via The National)




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.