Un chantier colossal, mais où est le rapport de Bruno Racine ?

Nicolas Gary - 08.01.2020

Edition - Société - rapport Bruno Racine - mission artistes auteurs - situation sociale auteurs


Lors du lancement de l’année de la BD, tout le monde se souvient des mots de Jul, le parrain : « Le rapport Racine est un animal fabuleux, comme le Marsupilami ! On sait qu’on va le voir, mais on ne sait pas quand ! » Diatribe lancée devant le ministre Franck Riester qui avait soulevé une certaine gêne. Mais juste, ô combien !



 
Ce rapport est le résultat très attendu d’une ambitieuse mission sur l’acte de création, la mission « Bruno Racine ». Pré-annoncée au Festival BD d’Angoulême 2019, puis dévoilée à Livre Paris 2020, cette initiative du ministre est supposée apporter une réponse inédite aux multiples problématiques auxquelles les artistes-auteurs sont confrontés aujourd’hui. Un chantier considérable très attendu.
 

Pendant ce temps à Vera Cruz...


Le rapport devait être remis mi-novembre. Une date logique quand on connait l’extrême urgence de la crise économique et sociale de la population professionnelle des créateurs. Mais le Graal se fait attendre. Le ministre a simplement annoncé que Bruno Racine et ses équipes avaient bien remis leurs travaux. 
 
Pourquoi donc tant de délai en pleine crise sociale, encore endurcie avec les nombreux dysfonctionnements URSSAF ? Incompréhension du côté des auteurs, qui se réjouissaient à la perspective qu’enfin, leur situation soit prise en main politiquement. 

« Nous avons été auditionnés par la mission, révèle un auteur engagé dans une association, et nous avons senti beaucoup d’écoute et d’ouverture d’esprit. C’est rassurant aussi de voir des équipes qui ne sont pas au sein du Ministère, mais qui viennent constater la situation de l’extérieur. C’est une façon de mettre de l’objectivité dans tout ça. Je ne comprends pas que les résultats ne soient toujours pas publics. Est-ce que la vérité dérangerait du monde ? » 
 
La mission aurait en effet auditionné les organisations professionnelles d’auteurs, avec un groupe d’experts indépendants. Une écoute attendue depuis des décennies d’ignorance des pouvoirs publics. À en voir la liste sans fin des problèmes dénoncés par les auteurs, on ne doute pas de l’ampleur des travaux à engager.
 

“C'est un système qui déraille”


« Les études, les rapports, c’est important pour dresser des constats reconnus, témoigne une illustratrice. Mais ça ne suffit pas. On en a marre qu’on nous dise que ça va mal. Maintenant, on sait tout ça. La question c’est : qu’est-ce que va faire l’État ? On a tous compris que nos problèmes étaient collectifs. Que c’est un système qui déraille ! On nous dit que ce rapport-là ne sera pas comme les autres. »

Et de poursuivre : « L’ambition est d’apporter des réponses concrètes. Réponses concrètes, ça veut dire projets de loi, ça veut dire changements, enfin ! Si le rapport est à la hauteur des espoirs, c’est inquiétant qu’il soit retenu . »

On l’aura compris, la colère qui a explosé depuis la transition chaotique AGESSA-MDA-URSSAF confirme les craintes de longue date exprimées par les organisations professionnelles d’auteurs. 

Les exemples ne manquent pas : la grande manifestation Plume pas mon auteur ! au salon jeunesse de Montreuil, #Payetonauteur face à Livre Paris, l’enterrement du livre de demain sous les fenêtres du ministère... Des signaux d’alerte à n’en plus finir pour dénoncer précarité économique et réformes sans concertations. 
 

Allez directement en prison...


Le regain d’espoir soufflé par le ministre de la Culture début 2019 semble s’éteindre. « Les gouvernements se succèdent depuis des dizaines d’années, clame un auteur BD, et personne ne fait rien ! Peu importe les bords politiques, hein ! Rappelons que c’est sous Hollande qu’on a eu l’explosion des cotisations RAAP, qui a fait un carnage dans nos métiers. On avait l’impression qu’enfin, dans les discours du ministre, un truc se passait. »

Il conclut : « Qu’on nous avait écoutés et qu’on allait faire quelque chose. Mais je vais être franc, vu le temps que ça prend et ce qui se passe, je me demande si c’est pas retour à la case départ... »

Le désespoir ne semble pas calmer les colères : depuis plusieurs jours, des mouvements sociaux s’organisent spontanément en vue du festival BD d’Angoulême. Boycott des dédicaces, manifestations, actions-chocs... les propositions ne manquent pas. Reste à savoir quelle position prendront les organisations professionnelles face à cette crise.


Commentaires
Racine est un incapable qui ne vit que pour des coteries, et ne connaît rien aux dossiers.



A la BNF, on m'a raconté qu'il a laissé la filiale BNF-Partenariats (qui dépend directement de lui) développer une bibliothèque numérique de prêt sous la marque "BNF", et les équipes hors filiale en proposer une autre, sans jamais comprendre qu'elles étaient en train de lui parler de la même chose, sans jamais les rapprocher, et sans articuler au sujet du prêt numérique -majeur dans les bibliothèques- une réflexion qui dépasse celle d'un scribouillard de discours de sous-préfecture pompant wikipédia. Totalement nul.
J'ai travaillé dans ladite filiale et je peux vous affirmer que cela n'est pas vrai. Celle-ci cherchait à accélérer la numérisation via des partenariats pour rendre des œuvres consultables plus rapidement que si la Bnf l'avait fait seule.

Je vous conseille, à l'avenir, de ne pas répéter mécaniquement les bruits que vous entendez et de vous interroger sur le bien fondé de ces critiques. Un peu de "fact checking" ne fait jamais de mal.
«La mission aurait en effet auditionné les organisations professionnelles d’auteurs, avec un groupe d’experts indépendants.»

Faux : le SELF, unique syndicat entièrement voué à la défense des écrivains, traducteurs et autres auteurs dépendant de l'Agessa, n'a jamais été auditionné par la mission Racine.
Le SELF s'occupe de bande dessinée ?
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.