Un chiffre d'affaires en hausse pour Lagardère Publishing en 2015

Antoine Oury - 10.03.2016

Edition - Economie - Lagardère Publishing résultats - Hachette chiffre d'affaires - Hachette Book Group


Le groupe Lagardère communique son résultat pour l'année 2015, et se réjouit d'un chiffre d'affaires de 7,193 milliards €, en hausse de 0,3 % en données brutes et 3 % à données comparables par rapport à celui de 2014 (7,17 milliards €). Le résultat opérationnel (Résop) de la filiale Lagardère Publishing est également en légère hausse, à 198 millions €, soit 1 million € supplémentaire par rapport à 2014.

 

Arnaud Nourry, PDG de Hachette Livre - Frankfurt Buchmesse 2015

Arnaud Nourry, PDG de Hachette Livre (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Le chiffre d'affaires 2015 du groupe bénéficie d'un effet de change positif de 222 millions €, « lié principalement à l’appréciation du dollar US et de la livre sterling », mais encaisse un un effet de périmètre négatif causé, notamment, par « la déconsolidation des activités de Relay dans les gares en France », « les activités de Retail [presse, NdR] en centre-ville en Pologne » et « la cession des activités de Distribution en Suisse en février 2015 » et « des librairies Payot en juillet 2014 », en Suisse également.

 

Les acquisitions de Quercus et Rising Stars au Royaume-Uni ont également eu un impact sur le chiffre d'affaires, ce qui explique l'écart entre les données brutes et les données comparables.

 

 

Si le chiffre d'affaires du groupe est en hausse, il n'est pas encore au niveau de celui de l'année 2013, à 7,216 milliards €, année où les performances de la filiale Publishing s'étaient révélées particulièrement satisfaisantes.

 

Le résultat opérationnel du groupe s'établit à 378 millions €, en hausse de 10,5 % : le résultat a surpris jusqu'aux prévisions de Lagardère.

 

Le chiffre d'affaires de Lagardère Publishing s’élève à 2, 206 milliards €, soit + 10,1 % en données brutes et + 1,7 % à données comparables. « L’exercice 2015 a été marqué par la bonne performance de la France en Illustré et en Littérature générale, et par la dynamique de l’Éducation en Espagne et au Royaume-Uni, de l’illustré au Royaume-Uni, ainsi que par une croissance des Fascicules. Le renversement des tendances de marché et l’impact des nouvelles conditions contractuelles avec les plates-formes de distribution numérique ont pesé sur les ventes. Au Royaume-Uni, la hausse du taux de TVA a affecté la croissance », explique le communiqué de presse du groupe.

 

Les nouvelles conditions contractuelles évoquées par Lagardère sont probablement celles conclues avec Amazon : on se souviendra évidemment de l'affrontement entre les deux géants, résolu fin 2014. Et les analyses présentées en fin d'année dernière trouvent ici leur confirmation : chez Hachette, c'est bien le livre numérique qui plombe les résultats.

 

Pour expliquer la faible hausse de la marge opérationnelle de la filiale Publishing, outre les livres numériques et la hausse de la TVA au Royaume-Uni, Lagardère avance « le repli de l’Éducation en France (année précédant une réforme de programmes) ».

 

Les résultats plutôt satisfaisants de l'année 2015 bénéficient également d'une forte baisse de la charge d'impôt, « en baisse de 50 M€ par rapport à 2014. Elle prend notamment en compte une baisse significative de la contribution additionnelle de 3 % instituée en France sur les dividendes versés (5 M€ en 2015 contre 28 M€ en 2014) ». En 2014, Lagardère avait versé 87 millions au titre de la charge d'impôt, contre 37 millions en 2015.

 

Pour les actionnaires, « le dividende ordinaire proposé à l’Assemblée générale des actionnaires au titre de l’exercice 2015 sera fixé à 1,30 € par action », comme en 2014.