Un Club des lecteurs Publie.net, vous en seriez ?

Clément Solym - 06.10.2012

Edition - Les maisons - Publie.net - club de lecture - association


Rien n'est de tout repos pour Publie.net aujourd'hui : le lancement d'une nouvelle formule publie.papier, proposant de découvrir les textes en impression à la demande, avec un accès à la version numérique simultané, induit une véritable révolution. Bien sûr, quelques couacs, chez Amazon, ou chez Electre, mais rien d'insurmontable. 

 

 

 

Aujourd'hui, plusieurs éléments consolident la position de Publie.net : l'accès des abonnements en bibliothèques, essentiel, mais également la lecture en streaming, qui finalement décole. L'offre papier + numérique est désormais en train de s'installer, avec des perspectives impressionnantes - et surtout les libraires jouent le jeu, de plus en plus, et recueillent les commandes.

 

Mais reste qu'après avoir donné à lire, et dans tous les formats, aujourd'hui, c'est le devenir de la structure Publie.net qu'il faut interroger. « La question est donc renversée désormais : il ne s'agit pas de jouer la lecture numérique contre ou à côté de la lecture traditionnelle, il s'agit de se battre pour le seul et le vrai renversement, qu'avons-nous envie de lire, que demandons-nous à la littérature ?

 

D'où la rage collective. On tiendra, ça ne fait pas de doute. Mais on a besoin d'épaissir le socle, de l'élargir. Et le faire non pas en épiciers, mais en confortant ce modèle de lecteurs impliqués », pose ainsi François Bon.

 

C'est à ce titre que l'appel est lancé « en simplicité et amitié », loin des usines à gaz de club de lecture dont les éditeurs américains sont friands, et que leur jalousent les maisons françaises, certaines envisageant de monter leur propre écosystème pour les lecteurs... Et pour la réalisation d'une association, « amis de publie.net suffirait », qui serait indépendante de la société Publie.net, et serait là pour prolonger le souffle de vie que l'équipe alimente au quotidien. 

 

Or, ce qui importe, ce qui prime, ce n'est « pas la structure en tant que telle, mais l'urgence à faire lire plus, à se battre ensemble pour ces textes que nous proposons, et qui restent sur les bords de l'énorme charroi banalisé de la distribution web ». 

 

Les âmes en mal d'EPUB ou de papier, et même en mal des deux, pourront en apprendre plus et prendre contacts et renseignements à cette adresse