Un Descartes crâne au Panthéon ?

Clément Solym - 11.01.2011

Edition - Société - descartes - crane - deplacer


Presque un an jour pour jour : François Fillon, déjà premier ministre, mais pas encore réprobateur à l'égard du livre de Stéphane Hessel, avait souhaité que le crâne de Descartes rejoigne la Sarthe, où, enfant, le philosophe étudia...

Aujourd'hui, ce sont des députés qui reviennent à la charge sur l'affaire du crâne, estimant que ce dernier  n'a« pas reçu de la France l'hommage qu'elle doit à ses enfants les plus brillants ». Tout de même.

Alors, pour offrir une demeure d'envergure au philosophe qui doutait donc il était - et qui doutait donc d'où il était - des membres de la gauche, Gérard Charasse et Annick Girardin et Albert Likuvalu, ont émis la possibilité d'un départ pour le Panthéon.

À la différence de la proposition de François Fillon, qui souhaitait plutôt voir le crâne partir au Prytanée militaire de La Flèche, lieu des études, douteuses, de René, les députés considèrent que l'affaire n'a que trop duré : « Entre incertitude, profanations, crainte de leur charge symbolique, les restes de René Descartes n'ont pas reçu un écrin digne de sa part d'oeuvre. »

La proposition de résolution déposée le 13 décembre dernier invite donc le gouvernement à prendre ses responsabilités, et faire en sorte que le crâne parte fissa rejoindre ses pairs.

« Si personne ne songe à contester l’apport déterminant de René Descartes à la civilisation, ses maximes – coutume, résolution et maîtrise de soi – doivent continuer d’inspirer l’action de celles et ceux qui destinent leur vie au service de l’Humanité, comme sa théorie de l’erreur et son rapport à la volonté et à l’entendement. »

Il est vrai que le crâne a voyagé : inhumé avec le reste du corps à Stockholm, il partit pour Saint-Etienne-du-Mont sous Louis XIV, puis, entra au couvent, en 17936, première fois que l'on se demanda si le Panthéon n'était pas adapté. Puis, en 1819, c'est à la chapelle Saint-Benoît dans le quartier germanopratin, que les ossements sont transférés, mais sans le crâne, retrouvé en 1821 dans une salle de vente.

« En transportant au Panthéon le crâne de René Descartes, la patrie reconnaissante lui offrira une réparation éclatante et la consécration d’un immortel hommage. »

Allez Luia !