Un dirham : c’est la dépense annuelle moyenne en achat de livres des Marocains

Victor De Sepausy - 11.11.2016

Edition - International - lecture - Maroc - chiffres


On ne peut pas dire que les Marocains se ruinent dans les librairies. La dépense moyenne par habitant en livres se monte à un dirham par an. A ce niveau, on ne peut même plus penser que le prix du livre est un frein tant la dépense dans ce secteur de consommation se fait rare.

 

(Crédits photos : CC BY 2.0 - Yassine Abbadi)

 

Ce chiffre vient d’une étude conduite par le Centre des études sociales, économiques et managériales. Il faut dire que selon une enquête de 2014 réalisée par le Haut Commissariat au Plan (HCP), les Marocains ne lisent que deux minutes par jour en moyenne, rapporte La Vie éco.

 

Pour les professionnels du secteur du livre, il faut prendre le problème à la racine. Et si les Marocains n’achètent pas de livres, ce n’est pas parce qu’ils n’aiment pas lire mais c’est tout simplement parce qu’ils n’ont pas été suffisamment éduqués à la lecture. Dans les précédentes générations qui lisaient bien davantage, c’était l’école qui avait apporté ce goût de la lecture.

 

Les enseignants se mobilisent bien trop faiblement en faveur de la lecture et 65 % des écoles n’ont pas de bibliothèques dans leurs bâtiments, selon une étude de 2014 de l’USAID. La crainte de nombreux professionnels du livre, c’est qu’Internet a remplacé la lecture.

 

Les jeunes générations sont souvent devant un écran et délaissent le livre mais sans pour autant utiliser les smartphones et tablettes comme outils permettant de lire. Une stratégie impulsée au niveau national serait donc nécessaire pour inverser radicalement cette tendance.