Canada : une machine de prêt de livre en gare, un projet de la bibliothèque

Julie Torterolo - 11.08.2015

Edition - International - Bibliothèque publique Toronto - Kiosque livres - Union States


Le distributeur de livres est devenu la nouvelle lubie des bibliothèques, sans cesse en quête de modernisation. Rapides, ludiques et faciles d’utilisation, ces kiosques trouvent de plus en plus leur place outre-Atlantique. C’est désormais au tour de la bibliothèque de Toronto de se lancer dans l’aventure : elle souhaite implanter une machine de prêt de livres dans la principale gare de la ville. 

 

Toronto - Union Station

pax puig, CC BY-NC-ND 2.0

 

 

« Vous ne vous attendez pas à la présence de la bibliothèque dans la gare. Et ça sera un moyen plus facile pour les voyageurs d’accéder au contenu de l'établissement », explique Ana-Maria Critchley, directrice des relations extérieures de la bibliothèque publique.

 

À l’aide du distributeur, il souhaite ainsi élargir le nombre d’utilisateurs, qui avoisine aujourd’hui les 18,5 millions par an. Prévu pour la fin de l’année, le projet n’est cependant pas encore finalisé. Les fonctions exactes ainsi que le lieu de la machine restent encore à déterminer, précise-t-elle. 

 

Quelques pistes ont été néanmoins été évoquées. Selon The Star, un rapport de la bibliothèque rendu plutôt cette année aurait annoncé que le futur kiosque serait « axé sur l’accès aux livres les plus demandés et les DVD ». Le téléchargement d’ebooks est également envisagé. Une idée venue tout droit du Japon où des machines proposent en effet d’acquérir des livres numériques à l’aide de QR code. 

 

Le document renseigne également sur le coût de l’opération : une seule machine coûterait environ 200.000 $. Le projet serait normalement financé par la ville. Un véritable service public, donc, qui ne concernerait pas seulement les habitants de Toronto.

 

« À Toronto, le positionnement du kiosque dans une gare de banlieue abritant également le métro aidera la bibliothèque à répondre à tous ceux qui vivent dans les banlieues et qui sont sont admissibles pour les cartes de la bibliothèque de Toronto si elles y travaillent ou vont dans une école de la ville », précise Ana-Maria Critchley

 

Une telle expérience n'est pas une première pour le continent d’Amérique du Nord. Plusieurs machines sont en effet déjà disponibles à Ottawa, Edmonton, New York ou encore Los Angeles. Placés dans des endroits de transit (métro et gares) et disponibles 24 h/24 h et 7 j/7, ces machines de prêts de livres sont décrites comme un gain de temps pour les utilisateurs. Il suffit d’insérer sa carte de bibliothèques et le tour est joué. Certaines bibliothèques vont même jusqu’à proposer des casiers dans lesquels les lecteurs peuvent venir chercher des ouvrages qu’ils avaient mis de côté. 

 

Toujours est-il qu'en cas de succès du projet, la bibliothèque le promet : il y aurait d'autres distributeurs de livres aux différentes stations de métro de la ville ainsi que dans d’autres lieux publics.