Un DJ antillais agressé, Aimé Césaire au Panthéon

Clément Solym - 08.01.2011

Edition - Société - martinique - aime - cesaire


Aimé Césaire, décédé le 17 avril 2008, disposera en avril prochain d'une plaque portant son nom, et qui sera scellée au destin du Panthéon, où l'on pourra la découvrir.

Le Président de la République qui avait dans un premier temps essayé de faire migrer Camus dans l'édifice aura donc revu ses projets, en se recentrant sur le poète martiniquais. De visite à la Martinique, Nicolas Sarkozy a ainsi décidé de cet hommage, en accord avec la soeur du poète Mireille Millou. Cette plaque attestera de « la reconnaissance de la France dans son ensemble ».

L'Élysée, qui a diffusé un communiqué pour en faire état, souligne : « Son corps restera, conformément à sa volonté, sur cette terre de Martinique qu'il a si bien incarnée pendant plus d'un demi-siècle. » Poète de la négritude, homme politique et intellectuel, Aimé Césaire n'avait pas eu des relations très douces avec le président.


La tension était venue de la loi de février 2005, où Nicolas avait eu une formule malheureuse - de plus - alors qu'un article assurait du « rôle positif de la présence française outre-mer ». Évidemment, ce genre d'assertion ne pouvait pas faire plaisir à Aimé Césaire.

Il avait d'ailleurs refusé de rencontrer cette année-là, alors que Nicolas Sarkozy était ministre de l'Intérieur. Ils s'étaient finalement vus en mars 2006, où le poète avait offert son Discours sur le colonialisme, daté de 1950.

Dis-Jey

Et non, bien sûr, cette plaque commémorative n'a rien à voir avec l'agression d'un DJ d'origine antillaise, le soir de la Saint Sylvestre. Ce dernier avait trouvé la mort, à l'hôpital de Beaujon, de Clichy-la-Garenne, dans les Hauts-de-Seine.

Interrogé par l'AFP, le président de la radio Tropiques FM, avait témoigné de toute l'amertume de la communauté d'outremer, face à l'indolence des pouvoirs publics dans cette histoire. « M. Hortefeux n'a fait aucune déclaration significative, il ne s'est même pas déplacé comme il aime le faire habituellement au moindre fait divers, il a même prétendu que la Saint-Sylvestre s'était passée sans incident majeur alors qu'il y a tout de même eu le meurtre d'un Antillais ! »

Une plaque, un peu à côté de la plaque ?