Un éditeur de fitness et santé canadien victime du numérique

Cécile Mazin - 18.06.2013

Edition - Economie - fitness - santé - maison d'édition


Tosca Reno, PDG de la maison d'édition canadienne Robert Kennedy Publishing, vient d'annoncer qu'un an après la reprise de cette boutique, finalement, ce sera un dépôt de bilan. La société mère, Canusa, décide de fermer la société ouverte en 1967 - et pour cause, elle est elle-même frappée par la crise, de par son activité d'éditeur de presse. 

 

 


 

 

Canusa, c'était le monde de la santé, du fitness et des centaines d'ouvrages sur ces différents sujets. L'an passé, donc, suite au décès de Robert Kennedy son fondateur, Canusa, avait racheté la maison d'édition. Et c'est sur le blog de Tosca Reno que l'on découvre la situation : des problèmes financiers croissants, une concurrence de la gratuité numérique, autant de points qui ont contraint à restructurer l'entreprise.

 

Au cours de la dernière décennie, l'activité magazine était de toute manière mal en point. 

 

« En outre, cette industrie dans son ensemble a été affectée par le fait que les consommateurs choisissent de plus en plus des ordinateurs, des tablettes, et la lecture numérique, les ebooks plutôt que les documents sur papier », assure Tosca Reno. 

 

Pour elle, le plus délicat fut de gérer la situation financière vis-à-vis des employés ; elle reconnaît avoir tout fait pour éviter la liquidation, mais a finalement été rattrapée par la réalité économique. « On a bien dit que le secteur de l'édition avait été durement touché au cours de cette dernière décennie, avec le visage de l'édition numérique, entraînant une forte baisse constante des ventes traditionnelles d'exemplaires imprimés. »

 

Accessoirement, Tesca Reno était l'épouse de Robert Kennedy, et elle avoue que c'est aussi à contrecoeur qu'elle avait « pris les rênes de l'entreprise éditoriale en détresse qu'il avait construite ». L'absence de son époux, après huit années de mariage, aura pesé également lourd dans la balance.