Un éditeur offre 28 000 € de salaire annuel pour écrire un roman

Nicolas Gary - 02.06.2018

Edition - International - algorithme auteurs sélection - salaire mensuel auteurs - maison édition salariat


Au royaume de la start-up nation, on va regretter de ne pas avoir trouvé cette fulgurante idée. Une nouvelle société, De Montfort Literature, s’est lancée fin mai proposant à ses auteurs un revenu brut de 2300 € mensuels. Et ce, uniquement pour écrire les romans, que la maison se chargera par la suite de concevoir, imprimer, publier et promouvoir.


The King's Artists at the Royal Academy
Prank Sky Media, CC BY SA 2.0
 

 

De Montfort Literature est basé en Angleterre, sa ligne éditoriale portera sur les mauvais genres traditionnels (SF, crime, thriller), mais également la romance et le Young Adult. Les publications se feront en grand format, poche et ebook — et des éditions audio sont également prévues. Pour la commercialisation, tous les détails ne sont pas réglés avec les revendeurs, mais Amazon et Waterstones sont au programme.

 

Jonathan De Montfort, avant de devenir éditeur, gérait un fonds spéculatif et travaillait dans la banque Goldman Sachs. Avec De Montfort Capital il a décidé de mettre en place sa propre structure et, lui-même écrivain, s’est penché sur la question de la création. Car, fort de son expérience, il a trouvé que le modèle économique de l’industrie du livre était « une manière délirante de faire des affaires ». 

 

En regard de ce qu’il a connu dans les secteurs bancaires et technologiques, la comparaison est d’autant plus surprenante. Son entreprise veut instaurer un environnement où « les auteurs peuvent apprendre et se perfectionner ». Et de pointer que pour ce faire « il faut lire tous les jours, écrire tous les jours et chaque jour éditer son propre travail ».

 

Cette seule régularité est la clef d’une amélioration de ses capacités. Lui-même s’était mis en congé pour l’écriture de son propre ouvrage, et la concentration que cette vacance lui a octroyée fut salutaire.

 

Mais définitivement, le fonctionnement de l’industrie du livre lui paraît totalement absurde, au point de l’avoir surnommée « la loterie littéraire. C’est une étrange idée : vous supportez tout le coût initial et le temps, l’effort nécessaire pour écrire un roman. Ensuite, vous l’envoyez à un agent, espérant qu’il le prenne en compte, et croisant les doigts pour qu’il l’envoie ensuite à un éditeur. L’éditeur le reçoit, va en prendre connaissance, et ainsi de suite… »

 

Pas vraiment rassurant. « Imaginez si Google fonctionnait de cette manière », interroge-t-il. Un développeur enverrait un développement d’application, espérant que des ingénieurs l’apprécient… et si c’est le cas, alors qu’il a gratuitement travaillé et aléatoirement expédié son projet, tout dépendra encore de la monétisation que les ingénieurs sont à même de réaliser. « À mon avis, c’est une façon absolument insensée de faire des affaires », poursuit Jonathan De Montfort.
 

Un algorithme français pour prédire
la qualité littéraire d'un livre

 

Son offre de rémunération mensuelle concernera 10 personnes, avec une croissance progressive pour atteindre une centaine de personnes au cours des prochaines années. Pour retenir les candidats, un processus de sélection est mis en place : tests psychométriques, suivant un algorithme, qui définira si les personnes sont adaptées à la vie d’écrivain. 

 

Pour chaque livre, l’éditeur envisage un budget de 80 000 £, prenant en compte le salaire de l’auteur et l’ensemble des coûts éditoriaux.

 

Nicola Solomon, directeur de la Society of Authors, a immédiatement salué cette audace, encourageant les auteurs à cependant réfléchir avant de s’engager. En effet, les conditions contractuelles peuvent avoir de réelles répercussions — comme l’impossibilité de signer chez un autre éditeur, durant une période de deux années, si l’auteur vient à quitter DML. 

 

Une forme de clause de non-concurrence assez classique dans le monde du salariat. De même, la maison revendique des droits sur les idées et pas uniquement sur l’œuvre, même plusieurs années après avoir quitté DML. Peut-être quelques ajustements à mettre en œuvre, avant de se lancer, mais son modèle est définitivement plus égalitaire, et réduit les risques dans l’ensemble du processus d’écriture.

 

En investissant des capitaux propres sur ce projet, « mon ambition est de construire une écurie de romanciers à succès. Nous n’y parviendrons pas en exploitant les auteurs », précise-t-il. 

 

Quand les algorithmes choisiront les livres à publier
et en conseilleront la lecture

 

Pour la première salve d’écrivains, entre cinq et dix seront sélectionnés, d’après les tests et la viabilité de leurs projets ; ils seront alors encadrés et suivis, autant que soutenus par des mentors et des éditeurs, pour suivre l’accompagnement. Une fois l’ouvrage publié, ils percevront la moitié des droits perçus sur les ventes. 

 

Quant à l’algorithme, « il ignore tout de vos antécédents, votre culture, vos moyens économiques, votre race ou votre genre. Il n’a en réalité aucun préjugé : il ne ne préoccupe de ce que vous puissiez avoir ce qu’il faut pour être un romancier à succès ». Mais une fois passés par la moulinette de ce système, Jonathan De Montfort est disposé à faire preuve de patience dans son accompagnement. « Nous sommes prêts à investir dans des auteurs sur une longue période, si c’est nécessaire — avec l’espoir d’un retour sur investissement à la fin de cette période, une fois qu’ils seront installés. » 

 

 

via The bookseller, The Guardian


 

L'intelligence artificielle au service du livre et de la lecture


 




Commentaires

Salut ! Comment puis-je faire pour en participer ? J'ai un roman écrit sur mon laptop et je ne pas encore quoi faire.
J aimerais faire parti de cette aventure. Comment dois-je m y prendre ?

Cordialement.
Je n'ai pas trop compris comment cela fonctionne red face il y a des sélécction? Où, comment et quand soumettons-nous notre roman?

Parce que sur toute cette partie vous parlez surtout du créateue et de ce qu'il a voulu faire, mais vous n'expliquee pas trop

Merci d'avance ^^
Il s’agit d’une maison d’édition anglaise - Il faut être anglophone: https://www.demontfortliterature.com/

Toutes les explications sur le processus de sélection sont sur leur site web.
Bonjour

Je serais tres heureuse de pouvoir participer à cette fabuleuse aventure.

Merci de bien vouloir m'indiquer, comment m'y prendre. Salutations
wink comment s'inscrire SVP
Avalanche prévisible de wannabes à la syntaxe hésitante...
Miam, la faim fait sortir le fonctionnaire du self. C'est mal barré pour vous, les gars! Vous ne parlez anglais qu'en Thaïlande et vous tâtonnez en français. Le bilan de compétences et le coach de vie peuvent vous aider à redéfinir certaines aspirations encore floues. La vie offre une multitude d'opportunités aux ambitieux. Bon courage !
Ne désespérez pas pour eux. La FAQ du site de cet « éditeur » indique que même les dyslexiques sont bienvenus : « DML has speech to text translation software people with dyslexia can use. »

N’est-ce pas merveilleux ? wink
Apparemment, l'un des utilisateurs aurait un roman coincé sur son laptop et il ne sait pas quoi faire avec. L'éditeur ne fournit pas un patch ou une solution dans son FAQ ou sa hotline pour se débarrasser de ce bug ?
Ce qui me paraît le plus intéressant dans cette aventure, c’est la confiance que l’éditeur accorde à l’intelligence artificielle pour la sélection de l’auteur et du roman à succès. Je conseille à cet éditeur et à tout le monde d’écouter cette vidéo (en anglais) qui donne quelques raisons (preuves à l’appui) pour lesquelles il faut se méfier aujourd’hui de l’I.A. :

https://www.youtube.com/watch?v=TRzBk_KuIaM

Il est possible et même vraisemblable que cet éditeur fasse faillite pour avoir investi trop d’argent dans cette aventure, en se fiant de manière inconsidérée à l’I.A.

Affaire à suivre donc !

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.