Un éditeur reçoit des mails haineux suite au refus d'un manuscrit

Fasseur Barbara - 04.04.2018

Edition - International - Boushie Canada Editeur - Between the Lines - Gerald Stanley Refus


Fraîchement acquitté du meurtre de Colten Boushie, Gerald Stanley, avec l'aide de ses avocats, avait approché plusieurs maisons d'édition. Between the Lines, maison d'édition de Toronto, a refusé le mois dernier de publier ce manuscrit relatant l'affaire Boushie du point de vue de l'ancien accusé, Gerald Stanley. Décision accueillie par une déferlante de mails haineux signés des partisans de Stanley.

 
Justice For Tina Fontaine and Colten Boushie
Photo prise lors d'une manifestation dénonçant l'acquittement de Gerald Stanley
(Memaxmarz, CC BY NC ND 2.0)
 
 

Colten Boushie, autochtone descendant des Premières Nations de Red Pheasant, (Province de Saskatchewan), a été abattu d’une balle dans la tête sur les terres de Gerald Stanley, le soir du 9 août 2016. Les implications raciales du crime avaient chargé le procès d’une valeur symbolique, soulevant de nombreux débats et une forte mobilisation de la part des Canadiens.

 

Depuis que le jury a rendu son verdict le 9 février et acquitté Gerald Stanley, le pays s’est retrouvé divisé en deux camps. D’une part, ceux qui soutiennent la famille de Colten Boushie et dénoncent le racisme et l’injustice au Canada, de l’autre, les partisans du fermier de 56 ans. Le succès du lancement des deux campagnes de sociofinancement à la suite du verdict est une des illustrations de ce débat national en parallèle des manifestations organisées en mémoire du jeune Colten Boushie.

 

Afin de présenter sa version des faits, Gerald Stanley avait rédigé un compte-rendu de ce qu’il considérait comme la vérité, mais s’est vu refuser la publication de son manuscrit par une maison d’édition canadienne le mois dernier. Between the Lines, la maison concernée, affirme avoir été inondée de message haineux suite à l’annonce de ce refus…
 

Between the Lines : éditeur engagé
pour la justice sociale au Canada

 

Les avocats de Stanley avaient approché plusieurs maisons d’édition afin de proposer ledit manuscrit à la publication. La maison de Toronto n’avait pas souhaité répondre favorablement à ces demandes et les partisans de Gerald Stanley ne se sont pas gênés pour le faire savoir via de nombreux mails haineux. Mais Between the Lines ne se laissera pas intimider, affirme David Molenhuis, chargé des relations publiques de la firme.

 

Le site CBC rapporte que certains messages accusent l’éditeur d’attiser les divisions raciales en rejetant le livre. D’autres y voient une forme de censure de la part de Between the Line. Dans un mail publié par la firme on peut par exemple lire : « Nous avons une idée de ce que les gens et les éditeurs comme vous, mal informés dans vos gratte-ciel à Toronto, pensent de nous. »

 

Between the Line reste campé sur ses positions et affirme que ces réactions n’ont fait que renforcer leur décision. En revanche, d’autres maisons approchées par les avocats de Gerald Stanley sont plus mesurées. John Agnew, de Coteau Books, a affirmé, la semaine dernière, qu’il regarderait d’abord le manuscrit avant de prendre une décision.
 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.