Un fac-similé Les Grandes espérances de Dickens qui en dit long

Clément Solym - 09.12.2011

Edition - International - manuscrit - Les grandes espérances - Charles Dickens


Une édition en fac-similé du manuscrit du roman de Charles Dickens, Les grandes espérances a vu le jour hier au Royaume-Uni.

Elle permettra à tout un chacun de découvrir l'énorme travail fourni par Dickens pour l'écriture de ce roman. Le manuscrit original avait offert par Dickens à son ami Chauncy Hare Townshend. Celui-ci l'avait confié par la suite (en 1868) au musée Wisbech and Fenland Museum. Actuellement, le musée ne dévoile le manuscrit que le premier samedi de chaque mois.

 


Grâce à l'initiative de la maison d'édition, Cambridge University Press et du Wisbech and Fenland Museum qui ont scanné et reproduit le manuscrit, on pourra se pencher sur le travail de Dickens aussi souvent que l'on le désire. En plus de publier le fac-similé du manuscrit, Cambridge University Press propose aussi de retrouver la première édition en 3 tomes de ce roman, et sa version sérialisée.

L'éditrice du livre, Caroline Murray a déclaré : « Nous avons tendance à oublier à quel point c'est facile avec les ordinateurs : il vous suffit d'écrire et d'effacer. Le sens visuel réel de la manière dont c'est composé sera perdu pour nous dans le futur, mais là c'est vraiment tangible. Le manuscrit est exactement dans l'état où Dickens l'a laissé.


Ce que je trouve intéressant, c'est de voir à quel point, son écriture manuscrite était épouvantable, mais aussi le nombre terrifiant de changements qu'il a fait. De toute évidence, il est revenu sur son texte, l'a révisé et a griffonné dessus assez fréquemment... Le fait qu'il ait changé d'avis et qu'il ait griffonné, le rend plus humain ».

Le manuscrit original fera aussi partie d'une exposition intitulée Dickens and London qui se tient au Museum of Londo d'aujourd'hui jusqu'en juin.

 

Retrouvez tout Dickens sur Comparonet.