Un historien abandonné par ses éditeurs pour ses propos racistes

Gariépy Raphaël - 06.07.2020

Edition - Société - David Starkey polémique - Histoire Societe Edition - Harper Collins Cambridge


Les maisons Harper Collins UK, Hodder & Stoughton et l’université de Cambridge ont mis fin à leur collaboration avec l’historien britannique David Starkey. Cela fait suite à une série de propos racistes tenus par l’ancien professeur lors d’une interview publiée en ligne ce 30 juin. 



Le 30 juin dernier, le commentateur conservateur pro Brexit Darren Grimes proposait à ses abonnés un long entretien avec avec l’historien David Starkey, spécialiste de la dynastie des Tudor. Durant les 53 min que dure la vidéo, l’ancien professeur va enchainer les dérapages et tenir à de multiples reprises des propos racistes. 

Après avoir décrit les manifestations Black Lives Matter comme une série d’épisodes de violence et de victimisation, Starkey va revenir sur la période de l’esclavage en des terme particulièrement choquants :

« L’esclavage n’était pas un génocide sinon il n’y aurait pas autant de foutus Noirs en Afrique ou en Grande-Bretagne, n’est-ce pas ? Un nombre effarant d’entre eux ont survécu », a-t-il déclaré, avant d’affirmer que, l’abolition ayant eu lieu il y a plus d’un siècle, il s’agissait désormais d’une affaire conclue. 

Un clip isolant ces propos a rapidement tourné sur les réseaux sociaux, provoquant une indignation générale.

 

Des conséquences directes 


Le Fitzwilliam College de l’université Cambridge et l’université Canterbury Christ Church dans le Kent ont rapidement réagi en mettant fin respectivement à la bourse d’honneur et à la chaire de professeur invité de l’historien. Le professeur Rama Thirunamachandran, vice-chancelier de l’université, s’est directement excusé auprès du personnel et des étudiants qui auraient été offensés et bouleversés par les propos « épouvantables ».
 
 

C’est ensuite au tour de l’éditeur  HarperCollins UK, qui avait notamment publié l’ouvrage de Starkey, Henry : Virtuous Prince, de prendre leurs distances avec l’historien : « Les opinions exprimées par David Starkey dans sa récente interview sont odieuses et nous les condamnons sans réserve », a déclaré la maison. « Notre dernier livre avec l’auteur remonte à 2010, et nous n'en publierons pas d’autres avec lui. »

L’éditeur britannique Hodder & Stoughton a également affirmé qu’il ne publierait plus les œuvres du professeur : « Nous condamnons sans équivoque le racisme sous quelque forme que ce soit. Nous avons fait paraître un livre de David Starkey en 2015 en tant que projet unique pour marquer le 800e anniversaire de la Magna Carta et coïncider avec un documentaire télévisé. Nous ne diffuserons aucun autre livre de lui. »
Enfin l’animateur de l’émission, Darren Grimes, a lui-même présenté ses excuses : « Je m’oppose fortement aux propos de Dr Starkey et j’aurais souhaité l’avoir repris à ce moment-là. J’apprends toujours le métier, je serai beaucoup plus attentif à genre de chose à l’avenir. »




Ancien animateur de radio et de télévision, Starkey est un habitué des sorties médiatiques et n’était pas à son coup d’essai. En 2011, la BBC avait reçu près de 700 plaintes en réaction à certain de ses propos sur les émeutes au Royaume-Uni.


Via la BBC 

Crédit photo : capture d'écran Youtube 


Commentaires
In French, we don't say "Il expose calmement son point de vue issu d'une idéologie frelatée" but "Il enchaîne les dérapages" and I find que dans le genre foutage de gueule ça se pose là.
Des esclaves noirs sont vendus en 2020 en Libye pour un prix équivalant en général à 450 euros.

En Mauritanie également, des êtres humains subissent ce genre d'abominations.

Il leur faudrait un Floyd filmé et relayé sur la Toile mondiale !

C'est cynique ?

Non c'est constater le pouvoir infini de l'image et du symbole.

Le mouvement Black Lives Matter devrait enfin braquer également les projecteurs sur cela...mais c'est tout sauf simple.

Comme on peut le faire de façon clandestine dans des abattoirs aux horreurs.

L'esclavage n'est hélas pas du tout une affaire conclue.

S'occuper de cela et tenter d'améliorer les choses -infiniment plus facile à dire qu'à faire -est beaucoup plus important que de s'interroger sur la légitimité à maintenir ou non une statue de Colbert ou le nom de Jules Ferry sur le fronton d'établissements scolaires...

CHRISTIAN NAUWELAERS
Dans un article précédent, https://www.actualitte.com/article/monde-edition/affaire-rowling-femmes-et-transgenres-pourtant-un-meme-combat/101607



« L’entreprise Working partners, marche main dans la main avec HarperCollins »



On a donc la preuve que certaines entreprises se sont politisées, se soumettent aux lobbies (LGBT, anti-racisme) pour faire « plaisir » à des groupes activistes.

Je ne sais pas ce qu'a dit cet historien, ni le contexte. Il faudrait tout écouter. Mais le fond du discours rendu par cet article interroge : oui, l'esclavage européen n'a pas été un génocide, à la différence de l'esclavage africain (dont on ne parle pas... les chiffres sont effrayants : on parle de plus de 90Þ morts), l'esclavage africain n'a cessé que grâce à la... colonisation européenne... et est repartie de plus belle depuis la fin de la colonisation.

Maintenant, si le très politisé groupe Harper veut faire un vrai bouquin d'histoire sur ce pan terrible de l'histoire, qu'il ne se gêne pas...

À moins que cela heurte ses idées politiques...
Chaque intellectuel doit avoir le droit de dire ce qu'il pense sans encourir les foudres de la censure.

Ruiner la carrière d'un universitaire en ne le publiant plus (alors même que les ouvrages en question ne portent pas sur les questions qui fâchent) est digne d'un Etat totalitaire.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.