Un législateur américain condamné en justice à... lire des livres ?

Laurène Bertelle - 26.05.2017

Edition - Justice - Karl Oliver Facebook lynchage - Mississippi procès lynchage - lecture condamnation justice


Aux États-Unis, un législateur du Mississippi a été poursuivi en justice pour avoir prôné le lynchage dans un statut Facebook. Il risque notamment d'être condamné à lire deux livres sur le lynchage et la ségrégation aux Etats-Unis, et d'en rendre un résumé détaillé. 

Mississippi State Flag

(Drapeau du Mississippi, Stuart Seeger, CC BY 2.0)

 

Aux États-Unis, dans l’État du Mississippi, le législateur républicain Karl Oliver a provoqué une polémique la semaine dernière. Dénonçant dans un statut Facebook la décision prise en Louisiane d'ôter des monuments datant de la Confédération, Karl Oliver s’est emballé, allant jusqu’à comparer les dirigeants de Louisiane à des nazis, et préconisant leur lynchage, ni plus ni moins.
 

« La destruction de ces monuments, érigés en souvenir de notre famille et de nos compatriotes sud-américains, est à la fois odieuse et horrible. Si les dirigeants (et j’utilise ce terme grossièrement) de Louisiane souhaitent, à la façon des nazis, brûler des livres ou détruire des monuments historique de NOTRE HISTOIRE, ils devraient être LYNCHÉS ! Sachez que je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour empêcher que cela arrive dans notre État. »


Action en justice et conseils de lecture 

 

Comme le rapporte le site wjtv.com, cette déclaration a rapidement provoqué de vives protestations de la part de différents politiques. La représentante démocrate Sonya Williams Barnes s’est notamment exprimée, en revenant sur les propos du législateur mais aussi en démontrant le désir de détacher le Mississippi de l'image de la Confédération, encore visible à travers ses monuments et son drapeau.

 

« Le choix des mots […] utilisés par mon collègue républicain Karl Oliver est offensant étant donné que le lynchage était courant et qu’il ciblait en particulier les hommes, femmes et enfants afro-américains dans le sud et plus spécialement dans notre État (Le Mississippi, ndlr). J’admire les dirigeants de Louisiane d’avoir pris la courageuse décision d’ôter les monuments insultants des lieux publics de leur ville. Il est temps pour le Mississippi de marcher dans leurs pas, d’autant que beaucoup ici trouvent que notre drapeau est offensant et qu’il n’est pas représentatif des habitants du Mississipi. »

 

Lundi, Karl Oliver a donc présenté ses excuses en insistant sur la maladresse d’un choix de vocabulaire qui ne représenterait en rien une approbation du lynchage :
 

« Avant tout, je souhaite présenter mes excuses pour le désagrément que j’ai causé à la fois à mes collègues et à mes compatriotes du Mississippi. Dans un effort pour exprimer mon désir de préserver tous les monuments historiques, je reconnais que j’ai utilisé à tort le mot « lyncher ». J’en suis vraiment désolé. Ce n’est en aucun cas, jamais, un terme approprié. Je regrette profondément d’avoir choisi ce mot, et je ne cautionne pas les actions auxquelles j’ai fait référence […]. »
 

Des auteurs pour enfants américains signent contre le racisme et la haine
 

Mais ses excuses n’ont pas suffi à l'avocat Carlos Moore qui a décidé de poursuivre Karl Oliver en justice, considérant que ce statut était une menace de mort à tous ceux qui voudraient légalement retirer des monuments datant des États confédérés au Mississippi.
 

Selon wjvt.com, Carlos Moore a notamment demandé à ce que Karl Oliver et plusieurs autres représentants soient obligés de lire deux livres ayant pour sujet le lynchage, et de rendre pour chacun un compte rendu de 3 000 mots minimum. Le premier livre choisi est un ouvrage de Philip Dray intitulé At the Hands of Persons Unknown: The lynching of Black America, publié chez Modern Library en 2002. Le second, The Blood of Emmett Till par Timothy Tison et sorti aux éditions Simon & Schuster en mars 2017, revient sur le meurtre du jeune Afro-Américain Emmett Till par des blancs en 1955, un lynchage qui a été à l’origine du mouvement de constestation et de défense des droits civiques. Deux livres qui pourront peut-être permettre à Karl Oliver de prendre conscience du poids des mots.