Go Set a Watchman remboursé : "Il ne s'agit pas d'un livre inédit"

Antoine Oury - 04.08.2015

Edition - International - Go Set a Watchman - édition - Harper Lee


Entre Dr Seuss et Harper Lee, les auteurs disparus soudain retrouvés ont la cote : Go Set a Watchman a été le carton attendu, après six mois de promotion. Le roman n'a peut-être pas été soutiré de manière abusive à Harper Lee, mais les lecteurs, eux, se sont clairement fait rouler. C'est du moins ce qu'a ressenti un libraire du Michigan, qui invite les acheteurs déçus à se faire rembourser.

 

Go Set a Watchman #gsaw #livro #book #harperlee

(Mark Hillary, CC BY 2.0)

 

 

Peu après la sortie du livre, les articles avaient fusé : plusieurs passages de Go Set a Watchman étaient proches, très proches d'autres, issus de To Kill a Mockingbird. Plusieurs médias se sont prêtés au jeu des 7 différences, et certains chapitres ressemblent pratiquement à des copier-coller.

 

Peter Makin, propriétaire de la librairie Brilliant Books, à Traverse City dans le Michigan, en est arrivé aux mêmes conclusions. Sur le site de la boutique, il explique pourquoi il invite les clients déçus à se faire rembourser, sans problème : 

 

À Brilliant Books, nous voulons nous assurer que nos clients sont conscients que Go Set a Watchman n'est pas un prequel ou une suite à To Kill a Mockingbird. Il ne s'agit pas non plus d'un livre inédit. Il s'agit d'un brouillon qui a été rejeté, pour de bonnes raisons. Le livre, et certains de ses personnages, sont de purs produits du Sud de l'époque.

 

 

Si Makin reconnaît que la lecture du roman peut avoir un intérêt intellectuel ou universitaire, difficile de voir dans Go Set a Watchman une expérience inédite. Il le compare au Portrait de l'artiste en jeune homme, de James Joyce, qui dispose aussi de son « brouillon », Stephen Hero.  La critique se fait un peu plus acide quand Peter Makin explique que ce dernier titre n'avait pas été présenté comme un livre inédit de James Joyce, contrairement à Go Set a Watchman, chez HarperCollins.

 

Dans un entretien avec Melville House, le libraire balance carrément sur les méthodes marketing de HarperCollins : « En interne, nous avons été amusés par la fébrilité de HarperCollins avec les libraires, qui nous pressait d'organiser des lectures nocturnes, des projections, toute sorte d'événements pour que le livre soit vendu dès le jour J. » Autrement dit, croirait-on, tout faire pour que le stock s'écoule avant qu ela supercherie ne soit trop largement dévoilée ?

 

Peter Makin reconnaît qu'un stock de Go Set a Watchman est toujours proposé dans sa boutique, mais tout achat est désormais précédé d'un petit avertissement au lecteur... Que le marketing de HarperCollins a rendu nécessaire.

 

Sachant qu’un troisième ouvrage pourrait avoir, tout aussi étrangement, vu le jour, à quoi faudra-t-il s’attendre désormais ?


Pour approfondir

Editeur :
Genre : litterature...
Total pages : 445
Traducteur :
ISBN : 9782253115847

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

Dans une petite ville d'Alabama, au moment de la Grande Dépression, Atticus Finck élève seul ses deux enfants. Homme intègre et rigoureux, cet avocat est commis d'office pour défendre un Noir accusé d'avoir violé une Blanche. Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 - au coeur de la lutte pour les droits civiques - , connut un tel succès et reçut le prix Pulitzer en 1961. Il ne suffit pas en revanche à comprendre pourquoi ce roman est devenu un livre-culte aux Etats-Unis et dans bien d'autres

J'achète ce livre grand format à 6.60 €