Un libraire de Baltimore accueille les élèves avec un repas gratuit

Clément Solym - 29.04.2015

Edition - Bibliothèques - émeutes Baltimore - violences policiers - accueil citoyens


La situation dans la ville de Baltimore a dégénéré : les émeutes survenues dans la ville du Maryland ce 27 avril ont contraint Barack Obama à inciter les Américains à un « examen de conscience ». Certainement pas suffisant, en regard des victimes et policiers blessés au cours des affrontements. La garde nationale, appelée en renfort n'annonce rien de bon.

  

 

Suite aux funérailles de Freddie Gray, jeune afro-américain décédé après une interpellation policière, la ville a soudain plongé dans le chaos, au point que les écoles ont été fermées le lendemain. Face à la violence des affrontements, et l'agressivité ambiante, une librairie anarchiste a ouvert ses portes, pour offrir un asile aux élèves. La Red Emma's Bookstore Coffeehouse proposait même un repas gratuit. (Publishers Weekly)

 

De nombreux enfants, issus de familles pauvres, comptent en effet tout particulièrement sur le repas offert dans les cantines scolaires. Et la fermeture des établissements par précautions bousculait les habitudes. La librairie est alors devenue un havre, comme un point de ralliement devant les manifestations. 

 

Avec le repas, la librairie offre des boissons gratuites, et s'est largement appuyée sur sa page Facebook pour communiquer auprès des concitoyens, sur son initiative. « Baltimore va survivre et prospérer. Cette tragédie finira par nous unir. » Petit déjeuner, brunch, sandwiches, cuisine végétalienne et végétarienne sont prévus, et les libraires ont officiellement fermé l'établissement. En attendant que la situation se rétablisse.

 

Ailleurs dans la ville, l'Ivy Book Shop est également restée ouverte, même si les rencontres prévues ont été reportées. Les responsables scolaires de la ville ont, dans un communiqué, annoncé qu'un centre de soutien serait prochainement mis en place dans les écoles. Des conseillers et psychologues pourront ainsi accueillir les élèves et les enseignants, pour amortir le choc. 

 

« Nous sommes profondément préoccupés par nos élèves et la communauté, et nous espérons traiter cette situation, non seulement comme un moment d'éducation, mais aussi un temps de réflexion sur les moyens dont nous disposons pour réduire les conflits et la violence dans notre société », expliquent les autorités. (Baltimore Sun)

 

Les premiers débordements avaient débutés dans la nuit de samedi à dimanche. 

 

En novembre 2014, des événements similaires avaient eu lieu dans la ville de Ferguson, dans le Missouri. Les habitants avaient alors pu trouver refuge dans la bibliothèque de la ville. Là encore, c'est la mort d'un jeune Afro-américain, tué par un policier, qui avait provoqué la colère des habitants, qui dégénéra en violents affrontements. 

 

Dans le même temps, les bibliothèques de la ville ont choisi de rester ouvertes. « Il y a des moments comme ceux-ci, où la communauté a besoin de nous. C'est pourquoi la bibliothèque a toujours été présente, lors de crises de ce genre, pour une période de grandes difficultés, après des phénomènes météorologiques violents. La bibliothèque répond présente. C'est arrivé à Ferguson, cela arrive ici », assure Roswell Encina, de la direction des établissements publics de la ville. 

 

La Pratt Library avait diffusé via Twitter des messages pour informer tout un chacun de ce choix. « Tout le monde est en train de faire sa part. Une petite chose que j'ai vue, c'est un vieux monsieur, qui s'est levé à l'aube, et a commencé à balayer la rue, juste à l'intersection où nous nous trouvons. S'ils peuvent le faire, nous le pouvons aussi. » (via MTV News