Un libraire de Lille va être jugé pour apologie du terrorisme

Julien Helmlinger - 20.01.2015

Edition - Justice - Lille - Terrorisme - Etat islamique


Vendredi dernier, en circulant sur une artère importante de Lille, un automobiliste a remarqué un drapeau noir dans la devanture de la librairie islamique El Azhar, située dans la rue des Postes. Comme l'ornement lui rappelait les couleurs de l'organisation de l'État Islamique, l'homme a alerté la police. Le soir même, une opération d'envergure était lancée sur la boutique et le libraire, connu pour ses positions radicales, a été placé en garde à vue.

 

 

via Google Maps 

 

 

Le libraire, un sexagénaire né au Maroc, sympathisant de l'application de la charia, était connu pour tenir des propos radicaux dans le quartier comme à la mosquée. Alors qu'il avait déjà été entendu par la police, les services de renseignement s'intéressent notamment à ses liens présumés avec des islamistes radicaux de la région ou installés en Syrie. Une vingtaine de policiers ont procédé à son interpellation.

 

Selon un témoin, qui se trouvait dans un petit commerce juste en face, l'arrivée des fonctionnaires à la librairie ne se serait pas faite dans le calme. « C'était vraiment spectaculaire. Ils sont arrivés très nombreux, armés et cagoulés. Ils l'ont pris une fois, puis ils l'ont ramené à nouveau dans le magasin et sont repartis. Ils ont fouillé sa librairie de fond en comble et son véhicule. [...] On n'avait jamais vu cela. »

 

Quand les policiers lui ont demandé de décliner son identité, le libraire aurait répondu « je suis Ben Laden », ou encore « les barbus vont vous vaincre, inch'Allah », les invitant à fouiller son garage en leur disant « vous découvrirez peut-être une kalachnikov ». La police a mis la main sur tout un lot de drapeaux noirs, visiblement pas d'arme, et l'interpellé sera jugé le 2 février pour apologie du terrorisme.

 

Ce lundi, il a demandé à ce que son procès soit renvoyé, et le tribunal a décidé de le placer sous contrôle judiciaire. Interrogé quant aux actes terroristes ayant eu lieu à Paris, le libraire a dit « condamner tous les gens qui assassinent ». Son avocat Charles Cogniot soutient qu'il y aurait eu une confusion entre des drapeaux religieux et ceux de Daesh, et conteste tout acte d'apologie du terrorisme.

 

A noter qu'une telle confusion avait eu lieu en Australie, dernièrement, lors de la perquisition par les forces de l'ordre d'un sabre en plastique portant des inscriptions en arabe. Pendant les deux semaines de son contrôle judiciaire, il a l'interdiction de se rendre à sa libraire, qu'il tient depuis 19 ans, a précisé le tribunal.