Un livre de photo et de poèmes pour sortir de la rue

Clément Solym - 22.06.2008

Edition - Les maisons - Crazy - Dave - poèmes


Crédits : knitnut.net
« Crazy » Dave Dessler est un sans domicile fixe d'Ottawa qui a décidé avec son ami photographe Jean Boulay de faire un livre de photographies et de poèmes, nommé Mindlessly Adrift, my Ottawa, my street.

Les deux hommes se sont rencontrés en 2006, le 9 décembre plus précisément. Le photographe faisait ses emplettes pour les fêtes lorsqu'il a rencontré le SDF. « J'étais de très bonne humeur cette journée-là. Il faisait chaud, le soleil brillait. Alors que je marchais sur la rue, je me suis arrêté près de lui comme si j'avais frappé un mur. Je lui ai offert 10 $ pour prendre une photo de lui et il m'a dit que c'était trop d'argent ! ».

Dave Dessler vit dans la rue de son propre chef depuis quelque temps déjà. C'est une décision qu'il avait prise pour échapper aux services de police. « J'étais un criminel et je me suis dit que les policiers ne pourraient pas me trouver si je n'avais pas de résidence permanente. J'ai fait trois ans de prison pour des actions stupides que j'ai faites. Maintenant, je fais un effort pour faire des choses pour moi. »

Le projet de nos deux artistes n'aurait pas vu le jour si « Crazy » ne s'était pas aperçu, presque par hasard, qu'il pouvait donner ses poèmes : « J'ai commencé à offrir des poèmes après qu'un homme m'ait offert 5 $ pour danser et chanter. C'est là que j'ai réalisé que je pouvais offrir mes poèmes. ». Des poèmes qui lui sont inspirés par la rue, dans lesquels le poète SDF tente de faire ressortir le bon du mauvais (peut-être même de chercher la fleur dans le mal si on osait évoquer un grand poète).

Ainsi avec le temps, faisant de plus en plus connaissance, un projet de livre commun a mûri en eux. Une façon de faire (re)connaître leur art et si tout va bien de faire sortir « Crazy » Dave de la rue, mais attention le photographe précise : « Mon but n'est pas de sauver Dave. C'est la personne qui doit se sauver elle-même. Si je peux l'aider et qu'il le demande, tant mieux. ».

On peut acheter directement le livre auprès de Dave Dessler, qui se fera un plaisir de le dédicacer, à l'angle de Sussex Drive et de George Street ou à la galerie d'art La petite mort au 306 Cumberland (à Ottawa bien sûr). Mindlessly Adrift, my Ottawa, my street compte une centaine de pages de poèmes et de photographies et coûte 40 $.