Un livre écossais censuré en Thaïlande pour insulte à la famille royale

Julien Helmlinger - 14.11.2014

Edition - International - Zed Books - Royaume de Thaïlande - Censure


L'auteur et journaliste écossais Andrew MacGregor Marshall a publié son livre A Kingdom in Crisis, la semaine dernière aux éditions Zed Books. Son ouvrage s'intéresse à la Thaïlande contemporaine, et après publication des premières critiques littéraires, la police du royaume a interdit l'importation du titre sur le territoire thaïlandais au motif d'« insulte à la monarchie » locale. Selon le patron de la police Somyot Poompanmoung, le contenu du bouquin serait susceptible d'affecter « la sécurité nationale et l'ordre ».

 

 

 

 

Andrew MacGregor Marshall est âgé de 43 ans et a travaillé 17 années durant pour l'agence de presse Reuters, notamment en tant que responsable en chef du bureau basé à Bagdad, entre 2003 et 2005, époque d'insurrection en Irak. Les questions touchant à la politique, au crime et aux droits de l'Homme, principalement en Asie et au Moyen-Orient, font partie de ses sujets de prédilection.

 

Désormais, quiconque voudrait outrepasser cette interdiction et faire entrer son livre A Kingdom in Crisis dans le Royaume de Thaïlande risquerait une peine maximale de trois années de prison, ou/ainsi qu'une amende de 60.000 bahts, soit un peu moins de 1500 €. Voilà qui serait cher payé pour la lecture qui selon la police locale constituerait une véritable menace pour la sécurité publique.

 

Ce n'est pas la première fois que l'Écossais fait face à la censure. En 2011, il avait ainsi décidé de démissionner de son poste chez Reuters, car l'agence refusait de publier les histoires qu'il écrivait sur la monarchie thaïlandaise. Dans le royaume, la répression sévit actuellement contre les anti-royalistes, et d'autant plus après la prise de pouvoir par les militaires plus tôt cette année. Ce putsch avait conduit à la suspension des programmes TV, mais aussi de la Constitution de 2007, à l'exception du chapitre dédié à la monarchie.

 

Une habitude dans le pays qui aura connu non moins de 18 tentatives de coups d'État depuis 1932, réussies et manquées, selon les cas.