Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Un livre rendu avec un siècle de retard : sa bisaïeule est morte avant la date limite

Cécile Mazin - 17.01.2017

Edition - Bibliothèques - retard bibliothèque amende - siècle retard livre - bibliothèques documents retours


Les retards dans le retour de documents sont courants : on ne s’étonne plus vraiment de retrouver un roman quelques mois après la date limite. Quand on dépasse la décennie, on a certainement affaire à un petit étourdi. Mais quand le retard se chiffre en siècle, ce sont plus des générations d’étourdis à qui l’on a affaire.

 

old book

Talita Cavalho, CC BY 2.0

 

 

Un certain Webb Johnson s’est en effet présenté la semaine passée à la bibliothèque de San Francisco. Résident de Bay Area, il avait avec lui un ouvrage que son arrière-grand-mère avait emprunté dans une ancienne succursale de l’établissement, située dans la ville de Fillmore. Le prêt du livre était survenu en 1917, et malheureusement, son ancêtre est décédée une semaine avant la date d’échéance de retour du document.

 

D’autant plus qu’entre temps, la succursale de Fillmore n’existe évidemment plus.

 

Le livre en question est un recueil de nouvelles de F. Hopkinson Smith, publié en 1909 chez Scribner, et si l’on se fie à l’amende moyenne de 10 cents par journée de retard, facturé en 2017, il y en aurait donc pour 3650 $ de pénalités. Mais l’héritier s’en tire bien, toutes les amendes de l’établissement sont désormais plafonnées à 5 $ maximum.

 

Et pour que les documents soient assurés de retrouver leur domicile, la bibliothèque a décidé de mettre en place un programme d’amnistie : 1400 personnes se sont retrouvées graciées des quelques dollars d’amende dont elles auraient écopé.

 


Il semblerait cependant que 54.000 usagers soient encore dans la nature, avec des amendes de près de 10 $ chacun. Ils disposent encore d’un délai qui court jusqu’au 14 février – joyeuse Saint Valentin... – pour remettre leurs documents.

 

Quant à Webb Johnson, il a expliqué n’avoir découvert le livre qu’en 1996 – sans l’avoir pour autant retourné. Ce qui impliquerait qu’outre le décès de sa bisaïeule, le retard serait de 79 années involontaires, et 21 années volontaires. « Nous avons pensé que ce livre était le nôtre », souligne-t-il. 

 

L’ouvrage était d’ailleurs très populaire en son temps, puisqu’il a été emprunté à 1029 reprises. Pheobe Marsh Dickenson Webb l’avait alors pris à l’âge de 83 ans pour satisfaire sa curiosité.

 

Oublier de rendre ses documents à la bibliothèque pourra conduire en prison

 

Dans tous les cas, Luis Herrera, responsable de la bibliothèque, avoue être heureux d’avoir simplement pu retrouver cette ressource. L’ouvrage sera indisponible durant quelques semaines désormais, le temps que son catalogage soit correctement effectué. De même, une inspection de la qualité de l’objet doit encore être effectuée.

 

Comble du comble ? Le livre de F. Hopkins Smith s’intitule Forty minutes late [Quarante minutes de retard]. Un siècle de retard pour quarante minutes... Heureusement que l'ouvrage ne s'appelait pas Fifty shades of late...

 

L'an passé, c'est au Royaume-Uni qu'un ouvrage a été ramené avec 120 ans de retard... et la menace d'une amende de 7746 £.