Un livre sur la puberté accusé de promouvoir “la culture du viol”

Antoine Oury - 02.03.2018

Edition - Société - éditions Milan On a chopé la puberté - On a chopé la puberté culture du viol - culture du viol livre adolescents


La responsabilité des éditeurs jeunesse dans la lutte contre ou – au contraire – dans la promotion des préjugés sexistes, stéréotypes et autres pressions sociales est établie depuis plusieurs années. La vigilance des professionnels et des lecteurs s'est renforcée et le livre On a chopé la puberté, de Mélissa Conté Grimard et Séverine Clochard, illustré par Anne Guillard, n'y a pas échappé. Il est accusé de sexualiser les jeunes filles, sous couvert de conseils sur la puberté, et de faire ainsi la promotion de « la culture du viol ».




 

La « culture du viol », concept développé par la sociologie américaine, désigne la capacité d'une société à justifier et expliquer les agressions sexuelles, souvent vécues par des femmes, par le comportement de ces dernières, sans porter la faute sur les agresseurs. Plus généralement, l'expression désigne une société qui réduit les femmes et leur rôle social et politique. L'ouvrage On a chopé la puberté, publié par les éditions Milan dans la collection « Les secrets des Pipelettes » a été accusé par le collectif « La rage de l'utérus » d'en faire la promotion, sous couvert de conseils donnés aux jeunes filles sur la puberté.

 

Sur Facebook, le collectif a publié plusieurs pages du livre, présenté comme un manuel « de vrais conseils avec beaucoup d'humour autour ». Le collectif en dénonce la plupart des propos, mais aussi les illustrations, qui ne font voir « [q]ue des filles blanches, minces, cisgenres, valides et bien entendu hétérosexuelles », d'après lui.

 

Parmi les « trucs cools de la puberté », l'ouvrage liste par ailleurs, le fait d'attirer « l'attention du bel Ethan, dont tu es secrètement amoureuse depuis la maternelle », mais aussi celui de « renouveler totalement ta garde-robe » et d'obtenir de nouvelles paires de chaussures grâce aux « formes plus arrondies » et « aux pieds qui ont grandi », ainsi que « la loi parentale sur le maquillage qui s'assouplit ».
 


 

Dans un « livre moisi de stéréotypes », le collectif relève des propos qui stigmatisent des réalités, comme « les tétons qui pointent » ou le surpoids, et évite d'évoquer d'autres réalités plus cruciales, comme le harcèlement ou les causes des règles douloureuses, entre autres. « Et dites donc Milan, puisque vous parlez règles douloureuses, ça vaudrait peut-être le coup, plutôt que de “sécher le sport”, de conseiller de consulter ? On rappelle qu'une femme sur 7 est atteinte d'endométriose et que les diagnostics se font parfois après des années de souffrance. Donc parfois, quand on a mal on va pas juste “faire avec”, souffrir en silence contre sa bouillotte », explique ainsi le collectif.


<

>


 

Après le post du collectif, une pétition a été mise en ligne pour obtenir le retrait de l'ouvrage du marché, accessible à cette adresse. Le collectif n'est toutefois pas à l'origine de cette pétition.
 

L'éditeur a diffusé un message sur ses réseaux sociaux et son site internet, expliquant que le livre « est un ouvrage documentaire au ton volontairement décalé et humoristique destiné à dédramatiser une période souvent difficile à vivre à l’adolescence. C’est un livre avec un message positif : “tout va bien se passer”. Il faut le lire en entier pour en comprendre le message », ajoutent les éditions Milan.

 

France, 2017 : le clitoris apparaît de manière complète
dans un manuel de SVT

 

« Cacher leurs questionnements, leurs angoisses — voire les juger en estimant que certaines de leurs préoccupations sont superficielles, futiles ou d’un autre temps — nous paraît être à l’opposé de l’accompagnement nécessaire. Milan est, depuis toujours, un éditeur engagé aux côtés des filles et des garçons, pour les accompagner dans leur découverte du monde, sans dogmes ni prédicats, à hauteur d’enfants et d’adolescents qui ont le droit de se poser toutes les questions qu’ils souhaitent », souligne la maison dans son communiqué.

 

Anne Guillard, illustratrice, ainsi que le collectif « La rage de l'utérus » sont revenus sur la polémique.




Commentaires

Merci de relayer cette info. Cet ouvrage est à bannir des bibliothèques de nos enfants. Et la réponse de l'éditeur absolument ahurissante de méconnaissance du sujet!!! shut eye
Tout à fait d'accord avec Delf. Quelles qu'aient été les intentions des auteurs, ce livre regorge de stéréotypes sexistes, fait véhiculer une image très sexualisée des jeunes filles et participe de la culture du viol. On parle quand même d'un bouquin qui leur montre que c'est normal que des hommes fassent des commentaires à caractère sexuel sur leur corps et QUI PLUS EST dans l'espace public !!!!
Vous êtes lamentables ! Revoyez ce qu'est le féminisme et le sexisme et arrêtez votre blabla politiquement correct à 2 francs 6 sous. Cet ouvrage est drôle et dédramatise la puberté, il parle de ce que vivent les jeunes filles et des questions qu'elles se posent. Une femme est différente d'un homme morphologiquement parlant ne vous en déplaise et nous avons des problèmes différents vis à vis de notre corps. Ça n'a rien de dégradant ou de stéréotypé de dire que les garçons remarquent les poitrines des filles, bienvenue dans la vrai vie. Et si les 4 filles sont blanches et hétérosexuelles (bien que ce ne soit pas mentionné ), excusez les mais elles ont aussi le droit de vivre et on ne peut pas abordé tous les sujets en 80p. Quand à dire que cet ouvrage participe à la culture du viol !? alors là on atteind les sommets de la connerie bien pensante... Ce livre a été écrit par une femme, illustré par une femme et acheté souvent par des femmes pour leurs filles... mais toutes ces femmes sont certainement idiotes et/ou inconscientes . Restez dans votre monde triste et aseptisé et si vraiment vous vous ennuyez , prenez vous en plutôt aux Beyoncé et cie qui, pour le coup font vraiment passer les femmes pour des pauvres outils sexuels !

Une mère féministe qui a acheté cet ouvrage à sa fille qui l'a adoré et qui apprend à son fils ce qu'est l'égalité homme femme sans attendre que quelqu'un d'autre le fasse à sa place.
Est-il possible d'écrire de telles âneries encore ? Beaucoup de jeunes ne liront pas l'ouvrage en entier pour en comprendre le pseudo humour décalé que défend Milan. Sortez Mesdames et Messieurs des Editions Milan et surtout ouvrez grand les yeux, allez rencontrer ces jeunes, surtout ces jeunes filles au nom desquelles vous parlez, alors qu'elles n'ont pas besoin de vous pour s'adresser à elles ! Ce livre est d'un ringard inouï ! d'un sexisme inouï. Vous avez pensé écrire de telles âneries au sujet des jeunes garçons ?
Suis effrayé par la violence de cette campagne et de cette pétition. Je me battrais toujours pour la liberté d'expression. Des femmes, des hommes paient de leur vie aujourd'hui pour pouvoir éditer un livre, s'exprimer librement. C'est faire injure à ces personnes que de demander l'interdiction d'un ouvrage, somme toute anodin, qui n'appelle quand même pas au meurtre de masse. Ce sont les signataires de la pétition, du haut de leur petit confort douillet, qui me font peur. Ils ont réussi à faire plier les éditions Milan qui ne réimprimeront plus l'ouvrage. C'est glaçant, affligeant. A une autre époque, d'autres barbares brûlaient des livres. Dans d'autres cieux, des fanatiques tuent leurs auteurs. Les signataires de la pétition se sont contentés de le faire interdire. La méthode est la même. Terrorisante.
Voici ce que propose la télévision norvégienne ! Nous sommes loin des clichés sexistes

Le livre des Editions Milan ne fait pas le poids

Il y en a plein sur tout le corps humain



https://www.youtube.com/watch?v=HyWRalwqq24
grin J'adore cette vidéo norvégienne, tout à fait bien faite, avec assez d'humour et de légèreté pour que le contenu soit diffusé intelligemment. Et les deux sexes sont traités à égalité.

Vous avez raison c'est nettement mieux que les BD de A.Guillard bourrées de clichés, assez neuneu, à dominante "rose" et avec des filles qui sont -forcément- pleine d'esprit mercantile (se faire acheter une nouvelle garde-robe, du maquillage, des sous vêtements...). C'est réac et lourdingue !

Ceci dit, si on veut rester proche de la vérité, c'est l'éditeur qui a décidé de ne plus réimprimer cette BD, la censure réelle aurait été si cela avait été imposé par une décision de justice.

A quand cette vidéo norvégienne, juste sous titrée en français, car ce serait dommage de perdre la formidable pêche de la jeune femme qui commente, dans les collèges et ce dès la sixième, qu'on sorte enfin de cette pruderie sournoise, en montrant les choses sainement et sans arrière pensée ?

J'espère bientôt.

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.