Un manuscrit corrigé inédit de Garcia Lorca découvert

Clément Solym - 12.01.2011

Edition - Société - garcia - lorca - manuscrit


Federico Garcia Lorca redécouvert, c'est presque une révolution. En farfouillant dans les archives de la section musique, à la Bibliothèque du Congrès, un reste inédit a été dévoilé.

Le manuscrit, intitulé Poeta en Nueva York, brosse le tableau du poète, durant la Grande Dépression aux États-Unis. Et l'on doit une fière chandelle à Christopher Maurer, professeur d'espagnol à l'université de Boston, qui a mis la main sur cette oeuvre.

 

 


Exhumant une oeuvre « extraordinaire », explique-t-il, il se souvient de Lorca, brillant pianiste, rangé dans cette improbable section, dans laquelle aucun universitaire n'avait eu l'idée de venir mettre son nez.

« Y me ofrezco a ser devorado por los campesinos españoles », commence le texte, entièrement manuscrit. Un trésor d'autant plus rare, qu'on le croyait perdu, et qui présente toutes les modifications que le poète avait apportées à son texte

 

 

 

Me ofrezco a ser comido
por las vacas estrujadas
cuando sus gritos llenan el valle
donde el Hudson se emborracha con aceite.

« J'ai été frappé par la richesse des variations. Un bon poème crée toujours ce sentiment de fatalité », ajoute le professeur, cité par l'agence espagnole EFE. Dans ce texte, le poète s'invente un alter ego, qui a peu de rapports avec Lorca lui-même.

 

 

 


Le manuscrit fut déposé par le musicologue Hans Moldenhauer, qui l'avait acheté aux enchères à New York pour 230 $. Et la bibliothèque du Congrès le fit figurer à son catalogue pour la première fois en 2005.

« Nous avons découvert d'autres documents manuscrits. Des lettres faisant état de son séjour à New York, dont certaines n'étaient pas connues. Il y a aussi ses notes manuscrites. Nous savons que Lorca a laissé quelques manuscrits à New York et que ses amis ont conservé plusieurs choses de lui », souligne le professeur.

Lorca se rendit à New York en 1929, et entama des cours d'anglais à l'université de Columbia durant l'été. La période était particulièrement néfaste, puisque le fameux Jeudi Noir était passé par là, laissant le pays complètement ravagé, à la suite du krach boursier.

L'ouvrage sera présenté à Grenade, l'été prochain selon toute vraisemblance.


Crédit photo : agence EFE et Diariosur