Un manuscrit de recettes de cuisine britanniques vieux de 300 ans

Nicolas Gary - 18.07.2013

Edition - International - recettes de cuisine - Grande-Bretagne - tête de boeuf tranchée


Il faut avoir les papilles en émoi, quand on découvre une pareille incongruité : un ouvrage datant du milieu des années 1700 a été découvert dans le Centre des Archives de la ville de Westminster, par une bibliothécaire. Le livre n'avait pas été consulté depuis plus d'une centaine d'années. Il compile des recettes remontant à 1690 et jusqu'en 1830, transmises de mères en filles, et toutes calligraphiées. Un délice.

 

 

 

 

Dis-moi ce que tu manges, je te dirai à quelle époque tu vivais : avec ce recueil de recettes, pour le moins originales, ce sont des découvertes culinaires à faire, dont certaines ont donc plus de 300 ans. Et pour Annie Gray, la bibliothécaire bénévole et historienne de la nourriture, cette découverte ne passe pas inaperçue. 

 

Un blog a été ouvert, The Cookbook of Unknown Ladies, qui offre un aperçu insolite de la gastronomie britannique, présentant les recettes les plus populaires à travers les âges. Au point que la bibliothécaire et ses collègues se sont mis en tête de désormais expérimenter ces mets, avec parfois de fameuses surprises. 

 

C'est que l'on rencontre parfois des notifications pour les ingrédients qui défient l'imaginaire, et notamment avec les oeufs. Certains plats nécessitent plus de 30 oeufs pour être réalisés - et si la grande distribution pallie les problèmes d'approvisionnement aujourd'hui, nos cuistots en herbe ont tout de même adapté les proportions.

 

Parfois, ce sont des défis lancés, mais plutôt aux goûts de nos contemporains, comme le plat de tête de mouton, ou encore, les tartes avec de la langue de boeuf. Pas vraiment très impressionnant, à condition de ne pas avoir peur des abats. 

 

L'historienne souligne, comme une évidence, que les recettes sont particulièrement plus en lien avec les saisons et les produits locaux, tout en s'appuyant sur les produits locaux. Mais le plus sensationnel reste sans conteste la maîtrise dont les cuisiniers faisaient preuve, en particulier pour ce qui est de découper des têtes de boeufs. 

 

Mais toutes ces choses, qui écoeurent facilement les estomacs fragiles de nos voisins leur permettent avant tout de remonter le cours de l'histoire du pays, par le truchement de sa gastronomie. Et plus précisément encore, celle des foyers britanniques. 

 

Le manuscrit en lui-même a été débuté dans le milieu des années 1700 et poursuivi jusqu'au milieu du XIXe siècle.