Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Un marché du livre maussade en Italie, mais des raisons d'espérer

Clément Solym - 19.04.2017

Edition - International - marché livre italie - vente livres volume - fiction ventes volume


Au cours des trois dernières années, le marché italien du livre a enregistré une timide croissance. Elle s’est concrétisée par une hausse de 0,3 % en valeur, de 2016 à 2015. Cependant, comme en France, le premier trimestre 2017 est mauvais – un recul de 2,9 % en valeur en regard de l’an passé.

 



 

Cette baisse est importante, mais relativement caractéristique des premiers mois de chaque année, assure l’Association italienne des éditeurs. Ces premières données, fournies par Nielsen et le bureau des éditeurs de l’AIE, ont été présentées lors de la Foire du livre de Milan, ce 19 avril.

 

Pour les premiers mois de 2017, le marché italien, en dehors de la grande distribution, est avant tout poussé par les ventes de fiction – 38,4 % – ainsi que la littérature jeunesse – 22,8 %. On parle ici du pourcentage d’exemplaires vendus. Ces deux segments représentent par ailleurs plus de la moitié du marché en valeur, en hausse par rapport à 2016.

 

Dans l’ensemble, les sous-genres sont à la traîne, avec des taux inférieurs à 0,5 %. 

 

Du côté de la théologie, de la romance ou encore des textes scolaires (principalement pour la préparation d’examens et de concours), les données sont négatives – en recul de 0,6 % en moyenne.

 

En portant un regard plus international, l’Italie parvient toutefois à se positionner comme un marché dynamique – sinon proche d’autres territoires. 

 

L’Italie aurait une plus grande part de ventes de fiction pour le secteur Young Adult que le marché américain ou brésilien. De même, le secteur jeunesse, l’Australie concentre 46,5 % des ventes de son marché alors que l’Inde est encore à 18,6 %. 
 

 

 

« La comparaison avec d’autres marchés dans le monde montre comment notre industrie peut devenir plus pertinente », assure Federico Motta, président de l’AIE. « Pour continuer à inverser la tendance globale qui nous a longtemps maintenus dans une situation négative, il est important de se rappeler la place centrale qu’occupent les livres dans notre culture, pour tous les âges. »

 

Et de conclure que cette présentation comparative des marchés internationaux donne une perspective aux éditeurs, leur permettant de mieux appréhender leur propre positionnement.