medias

Un médecin suédois au chevet de Gui Minhai, éditeur emprisonné en Chine

Antoine Oury - 14.08.2018

Edition - International - Gui Minhai prison Chine - Gui Minhai éditeur - Gui Minhai Chine


Détenu en Chine depuis plus de 1000 jours, l'éditeur et libraire suédois d'origine chinoise Gui Minhai traverse un véritable calvaire auquel viennent s'ajouter les symptômes d'une maladie neurologique. Après des mois sans nouvelles, la Chine vient d'autoriser un médecin suédois à rendre visite au prisonnier, détenu pour des raisons toujours floues.


Gui Minhai, en janvier 2016, lors de « confessions » filmées


 

Margot Wallström, ministre suédoise des Affaires étrangères, a confirmé dans un communiqué transmis à l'AFP qu'un médecin suédois avait eu accès à Gui Minhai. « Le lundi 13 août, le personnel médical suédois a pu rendre visite au citoyen suédois arrêté Gui Minhai. C’est une bonne chose », a-t-elle déclaré. 

 

En janvier dernier, elle avait critiqué l'enlèvement de Gui Minhai par les autorités chinoises alors que le citoyen suédois était accompagné par un « personnel diplomatique qui apportait une aide consulaire » à un ressortissant qui nécessitait « des soins médicaux ». En effet, lors de sa libération écourtée par cet enlèvement en janvier 2018, Gui Minhai s'était vu diagnostiquer une maladie neurologique appelant une surveillance médicale.

 

Éditeur et libraire, propriétaire de la maison d'édition Mighty Current, réputée critique et peu respectueuse vis-à-vis du pouvoir chinois, Gui Minhai a été arrêté en 2015 lors d'un voyage en Thaïlande, en compagnie d'autres éditeurs. Si ces derniers ont été relâchés, Gui Minhai est aujourd'hui détenu depuis plus de 1000 jours par la Chine.

 

Détention de l'éditeur Gui Minhai en Chine :
l'ONU doit intervenir


Les autorités le maintiennent en détention, a priori, pour des ouvrages publiés et diffusés sur le territoire chinois, même si d'autres motifs ont été avancés au début de sa captivité. A priori très affaibli, Gui Minhai avait été relâché pour quelques semaines, sous surveillance, avant d'être de nouveau capturé en janvier 2018, à bord d'un train. Depuis, la communauté internationale se mobilise régulièrement pour obtenir sa libération.

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.