Un million de Bookshots, les livres de James Patterson, vendus en quelques semaines

Orianne Vialo - 05.08.2016

Edition - Société - James Patterson Bookscan - Bookscan livres ventes - ventes Little Brown


James Patterson, l’auteur très prolifique de best-seller, élu écrivain le mieux payé au monde par Forbes en 2016, fait un tabac avec sa collection Bookshots. Disponible chez Little, Brown, celle-ci regroupe une centaine d’ouvrages d’environ 150 pages, vendus 4,99 $ : des petits prix, des ouvrages au format réduit pour réconcilier le public avec la lecture. Avec 1 million d’exemplaires vendus depuis le 7 juin, l’initiative a été plus que bien accueillie. 

 

(Blaues Sofa, CC BY 2.0)

 

 

Le pari avait été pris sans aucune garantie de résultats — si l'on excepte la popularité de Patterson —, et semble être gagné haut la main. Avec plus de 1 million d'exemplaires d'ouvrages en tous genres vendus à petits prix, l'auteur de best-seller et la maison d'édition avaient vu juste. En juin dernier, James Patterson s’était associé à l’éditeur Little, Brown, filiale du groupe Hachette, en pilotant une nouvelle collection destinée à toucher une génération plus jeune de lecteurs en leur proposant de nouvelles sources de lectures.

 

Le chiffre d'1 millions d'exemplaires vendus reste toutefois assez flou, ne précisant pas s'il s'agit des ventes réelles, et de quelle manière ces ventes se répartissent entre papier et numérique.

 

Convaincu qu’il fallait s’adapter à la vie de ses contemporains, l’auteur avait eu l’idée de proposer des formats plus courts, incisifs, avec une intrigue rapide. Selon lui, « il n’y a rien d’impie à ne pas faire des livres de 450 pages ». 

 

Il mise sur leur petit format pour que les lecteurs les finissent très rapidement « un peu comme si on lisait un film. Cela donnera à certaines personnes la possibilité de lire autrement » se défendait-il en mars dernier, lorsque le projet n’avait pas encore été mis en place.

 

Il expliquait d’ailleurs : « Nous ne disposons plus du temps comme nous en avions auparavant : l’idée d’un livre de 400 pages, pour beaucoup de personnes, c’est trop […] J’ai un fils de 18 ans, et il veut des biographies de 600 pages qui n’en feraient que 200. Il souhaite simplement savoir ce qui est au centre du livre. Voici donc les livres que vous pouvez terminer et aller ensuite au boulot. Je pense que c’est plutôt satisfaisant. »

 

Il semblerait que publier des livres plus courts soit la grande tendance puisque Julian Yap, fondateur de la société Serial Box, une start-up qui propose des fictions aux lecteurs, expliquait qu'il calquait son activité sur le modèle de série télévisée. Il tablait sur le fait que les gens manquaient de temps, d'une part, et se désintéressaient de la lecture, car les livres étaient trop longs. « Nous voulions produire la fiction qui corresponde au quotidien des gens. Et nous avons fait le choix de publier de courts épisodes qu'ils peuvent lire lors de leurs trajets journaliers », expliquait-il.

 

via GalleyCat