Un millionnaire iranien découpait au scalpel les pages de livres précieux

Clément Solym - 21.11.2008

Edition - Justice - millionnaire - decouper - page


Pour avoir cédé au péché, un homme d'affaires iranien pourrait se retrouver en prison, après divers vols commis dans la British Library et La Bodleian, entre octobre 1997 et 2003. Hakimzadeh Farhad a durant cette période utilisé un couteau ou un scalpel pour subtiliser des pages de quelque 150 livres, dont certains dataient du XVIe siècle.

Directeur de la fondation du patrimoine iranien, cet homme âgé de 60 ans était pourtant respecté pour son travail, mais s'est avéré un adepte de la contrebande. Et pas simplement, puisque ce bibliophile confirmé piochait littéralement dans ces ouvrages anciens pour compléter des manques de sa collection.

Selon les experts, ses coupes franches auraient coûté plus d'un million £ de dégâts. Il est soupçonné d'avoir choisi des ouvrages qui étaient hors de portée des caméras des établissements, alors qu'il avait été accueilli par l'Angleterre en 1979, peu après le renversement du Shah. Il a plaidé coupable aux 14 chefs d'accusation qui pèsent sur lui et devrait être condamné ce jour même.

Pour Kristian Jensen, directeur de collection de la British Library, c'est odieux. Tout d'abord mesquin parce que de par sa connaissance des établissements il a trahi la confiance qui lui fut accordée. Ensuite, c'est un sentiment de colère du fait de la fortune personnelle de cet homme, mais également de ses motivations profondément égoïstes.