Un monde de téléchargement, un peu complexe

Clément Solym - 04.05.2010

Edition - Bibliothèques - australie - bibliothèques - budgets


Garder la foi... pas évident quand on a vécu des années dans un monde de papier et que l'on entre de plain-pied dans celui du téléchargement. Selon The Age, une enquête nationale sur les bibliothèques scolaires montrerait que les enseignants-bibliothécaires sont un peu comme les dinosaures de l'époque : en voie de disparition.

Alors qu'en parallèle, le gouvernement Rudd multiplie les bibliothèques, avec les 16 milliards $ AU investis dans la révolution éducative, les experts préviennent avec une grande simplicité... qu'il n'y aura pas de personnel dans ces établissements.

Selon l'étude, 90 % des bibliothécaires-enseignants ont plus de 40 ans, et beaucoup d'entre eux prennent leur retraite parce qu'ils manquent de possibilités d'évolution dans le cadre professionnel.

Une maigre sécurité d'emploi, que dénoncent les associations de bibliothécaires - et nombre de directeurs préfèrent alors recruter des enseignants pour leur établissement plutôt que des bibliothécaires. Et cela, afin de réduire le nombre d'élèves dans les classes.

D'où vient cette tendance ? On estime trop facilement que les étudiants ont accès à une somme d'information colossale en ligne. Corollaire : ils ne savent pas forcément par où commencer dans leurs recherches.

D'un autre côté, le budget pour les livres tend à chuter - le cas d'Amanda Ellingworth, travaillant à Melbourne montrerait une diminution de moitié des crédits depuis les années 80. Il reste alors à croire en une solidarité virtuelle pour obtenir des financements ou des dons pour enrichir les étalages.

Un constat délivré par l'étude qui intervient alors que le gouvernement cherche justement les mesures les plus adaptées pour améliorer le taux d'alphabétisation en Australie - et prépare des tests que des associaitons de professeurs menacent de lourdement boycotter la semaine prochaine.