Un Monty Python refait l'histoire de la Magna Carta : bigre

Julien Helmlinger - 26.03.2015

Edition - International - Magna Carta - Terry Jones - Monty Python - Moyen-Âge - féodalité


Cette année, les amateurs d'histoire médiévale, comme de droits civils, célèbrent les 800 ans de la signature de la Magna Carta, ou Grande Charte, par le roi Jean d'Angleterre et ses barons. Outre le florilège de documents mis en valeur par la British Library en cette occasion, Terry Jones, membre des Monty Python, résume l'anecdote en vidéo. Sacré prof.

 

 

Crédits : Sunderland Museum

 

 

Dans le cadre des commémorations, la British Library a mis en orbite tout un site web articulé autour de la thématique de la Magna Carta. Histoire d'illustrer de façon accessible cette anecdote historique, l'institution a produit deux animations, que narre Terry Jones, joyeux luron passionné de Moyen-Âge.

 

On y apprend notamment qu'au rang des revendications qui n'ont jamais perdu de leur actualité, on trouve l'idée d'« accorder à chaque Homme un droit à la justice ainsi qu'à un juste procès ». Ainsi, au moins sur le papier (parchemin en peau de mouton), même le roi était censé obéir à la loi :

 

 

 

Le roi décédé, la charte serait réécrite quelques fois avant d'être imprimée enfin en 1508, parmi les premiers textes de lois britanniques que les juristes contemporains ont pu étudier. Elle aurait été si mal comprise, selon les époques, que Shakespeare n'y a pas fait mention dans La vie et la mort du roi Jean.

 

Peut-être que l'audience ou les censeurs du Barde risquaient alors de percevoir l'anecdote comme une menace pour le royaume d'Angleterre. Car tout comme Jean, certains successeurs allaient se battre à réaffirmer la primauté de leurs prérogatives royales face aux autres pouvoirs, notamment la papauté.

 

 

 

Finalement, ce texte allait traverser l'Atlantique à bord des navires des colons britanniques et être repris à leur compte par les indépendantistes au moment de la Révolution américaine. On le considère désormais comme un ancêtre de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme, de la Liberté de la presse ou encore des actuelles Constitutions du Royaume-Uni et des États-Unis....