Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Un mouvement de croissance numérique global outre-Atlantique

Clément Solym - 10.09.2012

Edition - Economie - livres numériques - vente - croissance


Il faut le reconnaître, les chiffres de ventes de livres numériques outre-Atlantique continuent de progresser, représentant près de 20 % du chiffre d'affaire global de l'édition, considère Publishers Weekly. Au cours du premier semestre 2012, quatre des cinq plus grands groupes ont présenté des résultats allant clairement dans ce sens. 

 

 

 

 

À une exception près : Lagardère Publishing, groupe trop mondial, et pour qui le segment ebook n'est pas uniformément développé selon les pays et les continents. Cependant, la croissance affichée, aux États-Unis, est toujours aussi forte, avec une hausse de 20 % des ventes et un premier semestre où 27 % du CA est numérique. Soit 22 % de mieux qu'au premier semestre 2011.

 

Chez Random House, nos confrères annoncent la plus forte des croissances jamais enregistrée, grâce à l'indécrottable Fifty Shades of Grey, la trilogie best-seller, aussi bien numérique que papier. Cependant, ce sont 89,1 % de mieux d'enregistrés sur cette période, pour près de 208 millions $.

 

Toutefois, chez Lagardère, on enregistre 8,4 % du CA total réalisés avec des livres numériques. Une hausse de 68,9 %, bien entendu, qui est le second taux le plus rapide des éditeurs américains. Chez Simon & Schuster, on note une amélioration de 51 % à 77 millions $ et pour Penguin la croissance est de 31,2 %.

 

D'un autre côté, il faut souligner que les deux dernières maisons risquent de connaître quelques frais juridiques dans les mois à venir, pour cause de procès contre le Department of Justice, dans l'affaire d'entente sur le prix de vente des ebooks. Un élément à prendre en compte, estime S&S, qui aurait réalisé un meilleur chiffre d'affaires sans cette action en justice. 

 

Le PDG de Penguin Group, David Shanks, considère que l'ensemble de l'édition suit la même tendance à la hausse, avec des titres qui numériquement se vendent bien. Hachette conserve une avance, certes, mais grâce à la saga Twilight qui avait su conquérir un très large public. Avant, parce que depuis, les pertes se font sentir dans le domaine, avec un engouement qui se tarit - encore que le dernier morceau du film ne soit pas sur les écrans. 

 

Mais c'est peut-être vers Rowling qu'il faudra se tourner avec The Casual Vacancy, qui confortera le groupe dans son ensemble - l'ouvrage est publié chez Grasset, pour la France - dans un renouveau des succès commerciaux.