Un nouveau pas dans la transformation des bibliothèques en librairies

Clément Solym - 21.11.2014

Edition - Bibliothèques - services numériques - éditeurs bibliothèques - ebooks prêts


L'éditeur Simon & Schuster, après avoir signé un accord de commercialisation avec Amazon, est heureux d'annoncer qu'il a élargi un programme à destination des bibliothèques. eBook Library, proposé depuis juin, est désormais ouvert à l'ensemble de son catalogue. Il permet tout simplement au client ayant emprunté un ebook de l'acheter, via un simple bouton. 

 

 


Frankfurt Book Fair 2013

Simon & Schuster, Frankfurt Book Fair 2013 (ActuaLitté, CC BY-SA 2.0) 

 

 

Désormais, tous les ouvrages en format numérique du catalogue de l'éditeur Simon & Schuster sont éligibles au programme eBook Library, annonce la maison. Ce qui signifie que les nouveautés comme le fonds, proposé dans le cadre de l'offre de prêt, peuvent être achetés par les usagers qui les empruntent, avec un bouton Buy It Now ajouté dans le catalogue. 

 

Dès le mois de janvier, avant que l'initiative soit mise en place, elle soulevait plusieurs réserves. Au rang des critiques formulées par les observateurs frileux à cette idée, certains estiment que les éditeurs, en incitant les services de prêt à commercialiser des livres, risqueraient de semer le trouble dans la perception des bibliothèques par le public. Notamment du fait que les services publics sont à l'origine financés par l'État pour servir la communauté et non des entreprises lucratives 

 

Pour Carolyn Reidy, la PDG de la structure, cette ouverture résulte de l'enthousiasme que les établissements de prêt ont manifesté pour le programme, autant que des commentaires et retours dont l'éditeur a bénéficié. « Nous sommes impatients d'ouvrir le plus largement possible aux communautés des bibliothèques notre service, et d'apporter nos ebooks à leurs usagers. » 

 

Ce modèle d'achat immédiat est censé représenter une nouvelle source de revenus pour les bibliothèques américaines, dont les coupures de budget n'ont rien à envier à celles pratiquées ailleurs dans le monde. Le modèle économique reposant sur Buy It Now, n'a cependant pas été communiqué : on ignore combien percevront les établissements pour les achats effectués. 

 

Simon & Schuster, en janvier dernier, a d'ailleurs salué le rôle des bibliothèques dans ses bons résultats de l'année passée, concernant les ventes d'ouvrages. L'ajout d'un bouton « Buy It Now » aux catalogues en ligne des bibliothèques faisait d'ailleurs partie des conditions pour l'octroi d'ebooks en prêt. 

 

Les bibliothèques confortées dans leurs demandes

 

La joie étant une émotion communicative, l'American Library Association et son groupe de travail numérique a salué l'initiative qui généralise l'opération mise en place depuis bientôt six mois. Courtney Young, présidente de l'ALA, rappelle que son organisation a plaidé pour la généralisation du projet dès les premiers temps – de même que pour l'octroi de licences accordant plus de flexibilité aux bibliothèques. 

 

« Ces changements témoignent également de l'importance de maintenir des échanges entre bibliothécaires, distributeurs et auteurs, pour continuer de progresser dans nos objectifs communs : la mise en relation des écrivains et des lecteurs », précise-t-elle. 

 

Dans le même temps, les offres pour les bib, en matière de prêts numériques, ont été révisées par S&S, qui propose une solution illimitée, pendant une année, pour l'achat d'un titre. Récemment, l'éditeur a même ouvert l'intégralité des livres de son catalogue à cette offre de prêt. 

 

Les ebooks des Simon & Schuster sont distribués aux bibliothèques par les sociétés 3M, Baker & Taylor et Overdrive. Et il n'est plus nécessaire de les proposer à la vente pour pouvoir les prêter.

 

Bouton d'achat ou non, les éditeurs devraient réaliser que la mise à disposition de titres en bibliothèque est tout à leur avantage, y compris en France. Le dernier rapport de Hadopi sur les pratiques culturelles des Français soulignait ainsi que 42 % des lecteurs d'un titre ou d'un extrait de livre étaient susceptibles de céder à l'achat.