Un ouvrage sur Gisèle Casadesus mène l'éditeur en justice

Cécile Mazin - 19.05.2015

Edition - Les maisons - maison édition - Gisèle Casadesus - photographies


Les Éditions Chèvre-feuille étoilée se sont montées en 2000, autour d'un projet éditorial propre. Un choix esthétique fort, et des formes très recherchées. Une diversité qui, aujourd'hui, en appelle à ses lecteurs. La maison revendique la « rectitude et la transparence de nos relations avec toutes et tous, et notre absolu respect des œuvres d'autrui », mais fait face à une procédure judiciaire.

 

 

 

  

Le tribunal de Paris a en effet communiqué une assignation à l'éditeur : Pierre Alivon, photographe, aurait été « dépossédé de son projet par l'une des auteures du livre Ici Paris, d'hier à avant-hier », explique la maison. Dans ce livre d'entretiens, une édition spéciale célébrait les 100 ans de Gisèle Casadesus. Sociétaire de la Comédie-Française et comédienne, elle racontait à Isabelle Blondie une part de son existence.

 

De Montmartre à Pigalle, les rues de Paris, l'appartement de ses parents, les lieux et les souvenirs se mêlaient dans un livre paru en mai 2014. « Lors de ce pas de deux, j'ai écouté cette voix sans âge résonner en moi, un privilège et l'impression que j'entrais dans la confidence de Paris », expliquait l'auteure. Le tout était illustré de photos prises par Sarah Bastin.

 

Dans un courrier parvenu à la maison en juin 2014, le photographe demandait la refonte du livre – demande irréalisable, souligne l'éditeur, puisque l'ouvrage était déjà disponible. Une promotion publique était d'ailleurs intervenue le 11 juin. Tant l'intervieweuse que Gisèle Casadesus ont réaffirmé l'originalité de ce travail, mais l'assignation a alors contraint la maison à prendre un avocat et retirer temporairement le livre des ventes.

 

« Cependant, l'équilibre financier de Chèvre-feuille étoilée qui doit tout au volontarisme de ses fondatrices et collaboratrices ainsi que le rythme de ses publications risquent d'être gravement compromis par ce procès », indique la maison. Elle organise alors un appel à don, « le cœur serré », qui donne droit à une déduction fiscale. 

 

ActuaLitté n'est pas parvenu à prendre contact avec le photographe pour obtenir ses commentaires.

 

Mise à jour 19/05 14:09 :

 

Pierre Alivon a fait parvenir à ActuaLitté ce texte, que nous reproduisons tel quel :

 
J'ai contacté les Editions Chèvrefeuille étoilée en juin 2014 quand j'ai découvert que mon travail de co-auteur avait été exploité dans une édition à paraitre en août 2014 sans mon accord. J'ai contacté la présidente des Editions Chèvrefeuille-étoilée par téléphone puis lui ai envoyé un courrier afin de l'informer du possible litige à venir et de faire reconnaître mon travail.
 
Il m'a été répondu par email : « les problèmes que vous soulevez ne nous concernent absolument pas. Si vous avez une quelconque contestation relative à cet ouvrage, vous voudrez bien vous adresser à Madame Isabelle Blondie qui est l'auteure qui nous a remis le texte de ce livre ». N'ayant aucune chance d'être écouté, j'ai donc fait appel à un avocat afin de faire entendre ma voix. Mon conseil a donc envoyé un nouveau courrier aux Editions Chèvrefeuille étoilée en Juillet 2014, courrier qui est resté sans réponse alors que j'ouvrai la voie à une négociation amiable.
 
Je suis donc maintenant contraint d'assigner en justice afin de faire valoir mon droit et de faire reconnaître mon travail et ma contribution majeure dans ce projet que ce soit sur les plans artistiques, financiers ou de la charge de travail que ce projet a générée. Je n'ai jamais pu m'expliquer auprès des Editions Chèvrefeuille étoilée, je demande aujourd'hui à être écouté et à ce que le préjudice soit réparé. Une partie du travail artistique que j'ai réalisé dans le cadre de ce projet est consultable sur www.1900paris.fr