Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Un parent d'élève américain arrêté pour avoir protesté contre un livre

Julien Helmlinger - 09.05.2014

Edition - International - Censure - Education - Police


À Gilford, New Hampshire, un parent d'élève a été arrêté pour avoir voulu détourner une réunion du conseil de l'établissement du secondaire en séance de plaintes visant le livre Nineteen Minutes de Jodi Picoult. Visiblement irrité que cette lecture ait été suggérée à sa fille, malgré son contenu à caractère sexuel, William Baer a dépassé les deux minutes de protestation que lui garantissait la rencontre, et a continué de mettre le sujet sur le tapis en interrompant les autres participants. Finalement, c'est un agent de police qui est venu le récupérer à renfort de menottes. Aucun coup de feu n'a toutefois été tiré au cours de l'interpellation. 

 

 

 

 

On avait laissé deux minutes au paternel en colère, ni plus ni moins, pour profiter du premier amendement de la Constitution au pays de Thomas Jefferson et du fast food. Il s'était indigné de ce qu'aucune autorisation parentale n'avait été sollicitée avant la suggestion de lecture, qu'il dénonce comme une « la retranscription d'un film classé XXX », plus précisément un roman à propos d'une fusillade dans un collège, qui contiendrait quatre pages de contenu à caractère sexuel. 

 

L'ouvrage en question est proposé à des élèves depuis 2007 au sein de l'établissement scolaire, ce dernier prenant habituellement soin d'envoyer un formulaire de consentement à l'attention des parents d'élèves. Seulement cette année, l'école admet avoir commis un oubli. Une scène en particulier a choqué William Baer et quelques autres parents présents au conseil, une scène dans laquelle une fille se fait contraindre à des relations non protégées par son petit ami.

 

La fusillade passe visiblement aux yeux des parents d'enfants âgés de 14 ans pour la majeure partie d'entre eux, mais pas le sexe brutal et ses conséquences éventuelles. Outre cette scène explicite, le bouquin raconte aussi comment la protagoniste tombe enceinte ensuite, et souhaite avorter. Pour le père indigné, il ne s'agissait pas de bannir l'ouvrage de la bibliothèque scolaire, mais d'avoir son mot à dire sur ce que sa progéniture pouvait lire ou non.

 

Après cet incident, William Baer a été relâché et le district scolaire a publié une déclaration pour s'excuser de sa négligence. Les politiques concernant les contenus littéraires controversés devraient êtres révisées et impliquer une autorisation parentale préalable aux lectures. Mais celui qui a ainsi été éjecté de la réunion par le lieutenant James Leach n'est pas satisfait et entend dénoncer cette arrestation.

 

« Clairement, la démarche était : vous faites une déclaration, vous dites ce que vous voulez et vous vous asseyez. Asseyez-vous et fermez là, au fond, et ce n'est pas la façon dont vous interagissez avec les adultes », explique-t-il après coup. Pour lui, il s'agit d'une violation du premier amendement de la constitution de 1791, le fameux Bill of Rights qui empêche le pouvoir législatif de nuire à la liberté d'expression ou de rassemblement.

 

Le conseil de l'établissement scolaire, quant à lui, n'aurait pas tant souhaité empêcher la libre expression que de la garantir pour chacun des participants. La scène a été filmée :