Un petit retard de 55 ans pour une biographie Saint François d'Assise

Nicolas Gary - 06.02.2013

Edition - Bibliothèques - retard - livre - bibliothèque


Dans le domaine des livres rendus en retard à une bibliothèque, on a connu bien pire qu'un léger retard de 55 ans. Mais la bibliothèque publique de New York est tout de même soulagée de retrouver un exemplaire, racontant la vie d'un prêtre du XVIe siècle, Fire of Francis Xavier. Le livre avait été emprunté le 10 avril 1958 ; depuis lors, il était aux abonnés absents. Très absents. 

 

 

 

 

Jennifer Zarr, gérante de la bibliothèque, explique que le livre a été renvoyé en tout anonymat, par voie postale, dans une enveloppe avec un chèque de 100 $, en guise d'excuse. Il n'existait aucun moyen de retracer le parcours du livre et de son emprunteur : la bibliothèque ne dispose pas d'archives remontant à cette période. D'ailleurs, c'est aussi avec discrétion qu'elle préfère ne pas dévoiler le nom de la personne qui a fait le chèque. 

 

Cependant, le montant ne couvre pas précisément les frais de retard, ajoute-t-elle : à compter de 25 cents par jours de retard, rétroactivement, on parlerait plutôt d'un coût de 5000 $. (via NY Daily)

 

On se souviendra que dans les grands retards au monde, un ouvrage de Charles Darwin a été découvert avec 122 années de retard en Australie - et l'amende, de 37.000 $ n'avait pas été réclamée. 

 

De même, un ouvrage d'Alexandre Neckam, De Naturis Rerum, accusait pour sa part 135 années de retard, avec 4192,30 $ d'amende, auxquels l'établissement a gracieusement renoncé. 

 

Parmi les très grands étourdis, citons également l'exemple de Georges Washington, alors président des Etats-Unis, qui avait accumulé une amende de 300.000 $. À l'époque (Washington est mort en 1799), seule la New York Society Library prêtait des livres - et le 5 octobre 1789, le président Washington, quelque cinq mois après son élection, emprunta deux livres. En oubliant manifestement de les rendre... New York était encore la capitale du pays, et pour passer le temps, le président dut avoir envie de découvrir deux essais sur le droit et les débats de la Chambre des communes d'Angleterre.