Un plan de fermeture de 11 bibliothèques publiques à Liverpool suspendu

Louis Mallié - 19.08.2014

Edition - Bibliothèques - Liverpool - Fermeture - Labour Party


Les velléités de fermetures des bibliothèques s'enchaînent au Royaume-Uni, mais heureusement pour les établissements, pas toujours avec succès. En effet, la bibliothèque de Liverpool a décidé, après une réunion de cabinet le 15 août, de suspendre le plan de fermeture qui touchait 11 de ses 19 bibliothèques publiques dans le but d'effectuer une économie de 2,5 millions £ sur 3 ans. 

 

A world of books

La Liverpool Central Library,

Beverley Goodwin, CC BY 2.0 

 

 

La BBC indique que la décision a été approuvée par le maire Labour Party Joe Anderson. Il a toutefois précisé que la décision ferait l'objet d'un examen sur quatre semaines. Les bibliothèques concernées sont : Breck Road, Dovecot, Fazakerley, Kensington, Lee Valley, Old Swan, Sefton Park, Spellow, Walton, Wavertree et West Derby.

 

Une pétition avait été lancée par l'écrivain Alan Gibbons, réunissant près de 10.000 signatures, les conseillers municipaux membres du Green Party affirmant de leur côté que l'initiative nécessitait un examen plus approfondi. Alan Gibbons a dit ne pas souhaiter voir la précédente City of Culture devenir à présent « Cité des Philistins », ou encore « terrain vague de la culture », faisant allusion à la nomination de la ville comme Capitale européenne de la culture en 2008

 

Par ailleurs, la BBC rappelait il y a deux semaines le personnel des bibliothèques comprend 160 personnes, dont 120 à plein temps... Des salaires à payer donc, et peut-être la raison pour laquelle Joe Anderson espère trouver des groupes communautaires habilités à diriger les bibliothèques. « Ne rien faire n'est pas une option », a-t-il déclaré, souhaitant explorer toutes les alternatives possibles. 

 

« Le Green Party avait mis en avant un plan afin de protéger les bibliothèques une fois que le budget serait établi, mais il a été rejeté par le Labour Party. Une partie de l'argent que nous voulions mobiliser est encore disponible, mais certaines bibliothèques ne peuvent plus être sauvées », a déclaré le chef du Green Party, John Coyne. 

 

Une réaction naturellement critiquée par Anderson, qui accuse l'opportunisme des déclarations. Reste à savoir si la suspension de la décision sera durable, et si les protestataires rencontreront le même succès que dans le Lincolshire, où la Cour Suprème avait fini par considérer comme « défectueux » les plans de coupes budgétaires consister à fermer plusieurs centaines de bibliothèques.