Italie : jeter Erri De Luca dans une poubelle, la déclaration scandaleuse

Nicolas Gary - 05.08.2015

Edition - International - Erri De Luca - livre poubelle - polémique politiciens


Aucun répit, pour l’écrivain italien, Erri de Luca, cette fois attaqué par le leader du Parti démocrate dans la ville de Pescara, située dans la province du même nom, dans les Abruzzes. Une petite remarque, insidieuse, acerbe, et voici que la polémique démarre au quart de tour. 

 

Erri de Luca

Erri De Luca - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Marco Presutti, chef du parti démocrate, professeur d’italien, de latin et d’histoire, s’était auparavant illustré dans le monde scolaire. Ancien directeur, entre septembre 2013 et février 2014, du Conseil chargé de travailler avec le ministère de l’Éducation, il n’avait encore pas fait bien des vagues. Et voici que, sur Facebook, il balance une petite phrase assassine : 

 

 

Un mio amico ha trovato sotto l'ombrellone un libercolo di Erri De Luca e l'ha fiondato agilmente nel cestino più vicino. Un benemerito della cultura nazionale.

Posted by Marco Presutti on samedi 1 août 2015

 

Un de mes amis a trouvé sous un parasoleil un petit livre d’Erri De Luca et l’a jeté sans difficulté dans la poubelle la plus proche. Une bonne action pour la culture nationale.

 

 

Le commentaire a immédiatement fait bondir les représentants du Movimento Cinque Stelle, parti 5 Étoiles, qui a appelé à la démission de ce représentant. Et, chose problématique, le Parti démocrate est également celui de Matteo Renzi, actuellement Premier ministre. Selon 5 Stelle, qui revendique une approche démocratique fervente, il s’agit là d’une sortie de piste « dictatoriale ». Et sur le réseau social, les internautes n’en ont pas dit moins, rappelant combien la littérature de De Luca est importante, et que l’on ne jette pas les livres.

 

Presutti s’est également fait rappeler que, la dernière fois que des livres ont été jetés, ou brûlé, l’Europe a connu 60 millions de morts. « L’histoire a de mauvais élèves », assure un utilisateur. Bien entendu, les partisans du Train à grande vitesse, à même de relier Lyon à Turin, un projet qu’Erri De Luca combat avec ardeur, ne se sont pas privés d’intervenir. Et plutôt pour saluer ce qu’ils considèrent comme une juste appréciation de la part du politicien. 

 

""Avoir le bon sens de démissionner"

 

Pour Enrica Sabatini, du M5S, qu’un responsable du Parti démocrate se réjouisse de voir un livre de De Luca dans une poubelle est très grave. Il apparente cette attitude au renzusconismo, critique forte contre le comportement du Premier ministre – un mot inventé calqué sur celui de Berlusconismo, qui dénonçait déjà les dérives de Silvio Berlusconi. 

 

« Je comprends donc que, pour le Parti démocrate, il soit souhaitable de faire taire les idées, d’éviter une vision critique de la réalité et d’alimenter une culture sous contrôle et une manipulation facile, ce qui, à ce jour, est l’unique instrument de subsistance », balance Sabatini. 

 

D’autant plus que la phrase incendiaire est due à un enseignant, ce qui rend la réaction plus violente encore. Dans ces conditions, l’homme qui « dénigre si ouvertement un auteur comme Erri De Luca devrait avoir le bon sens de démissionner ». (via Secolo d'Italia)

 

Marco Presutti s’est prêté au jeu, et accuse le représentant de 5 Stelle de construire de toute pièce une polémique, à partir de rien. « Dans mon post, je parlais d’une chose privée, qui s’est déroulée durant un déjeuner avec des amis. L’un d’eux a dit qu’il avait raconté qu’il avait jeté un livre d’Erri De Luca, et moi, je ne l’aime pas, cet écrivain. En particulier pour sa fausse morale, et j’ai applaudi le geste. Mais je n’ai jamais brûlé de livres, j’aime les livres, je vis entouré de livres, j’ai de l’argent et le dépense pour des livres. » 

 

Et concernant le projet de Train à grande vitesse, Presutti se réjouirait-il aussi de ce que son ami le mette à la poubelle ? 


Pour approfondir

Editeur : Gallimard
Genre : sociologie faits...
Total pages : 48
Traducteur : http://telecharger-ebook.chapitre.com/ebook/article/4582885/1248787/la%2520parole%2520contraire/erri%2520de%2520luca/9782072592737
ISBN : 9782070148677

La parole contraire

de Erri De Luca

"Je revendique le droit d'utiliser le verbe "saboter" selon le bon vouloir de la langue italienne. Son emploi ne se réduit pas au sens de dégradation matérielle, comme le prétendent les procureurs de cette affaire. Par exemple: une grève, en particulier de type sauvage, sans préavis, sabote la production d'un établissement ou d'un service. Un soldat qui exécute mal un ordre le sabote. Un obstructionnisme parlementaire contre un projet de loi le sabote. Les négligences, volontaires ou non, sabotent. L'accusation portée contre moi sabote mon droit constitutionnel de parole contraire. Le verbe "saboter" a une très large application dans le sens figuré et coïncide avec le sens d'"entraver". Les procureurs exigent que le verbe "saboter" ait un seul sens. Au nom de la langue italienne et de la raison, je refuse la limitation de sens. Il suffisait de consulter le dictionnaire pour archiver la plainte sans queue ni tête d'une société étrangère. J'accepte volontiers une condamnation pénale, mais pas une réduction de vocabulaire. " Erri De Luca. Auteur d'une œuvre abondante et l'un des écrivains italiens les plus lus dans le monde, Erri De Luca est aujourd'hui poursuivi en justice pour avoir soutenu le mouvement NO TAV qui s'oppose à la construction de la ligne à grande vitesse du val de Suse.

J'achète ce livre grand format à 8 €

J'achète ce livre numérique à 5.99 €