Un premier bilan de la RFID dans les bibliothèques parisiennes

Victor De Sepausy - 24.01.2013

Edition - rfid - bibliothèques - parisiennes


Installé depuis quatre ans dans les bibliothèques parisiennes, le système RFID (de l'anglais radio frequency identification) n'offre pas un bilan totalement positif à en croire la CGT Culture. Toutes les promesses de ce nouveau système n'ont pas été tenues.

 

Ces étiquettes ont leurs limites : plus volumineuses qu'un antivol magnétique, elles ne permettent pas avec certitude d'assurer qu'un ensemble rendu est complet (un ou deux DVD dans un coffret). Un inventaire à la volée n'est pas possible. Il faut repasser par la prise en main des documents.

 

Tout cela est à mettre en rapport avec le coût de ce système : entre les logiciels et les contrats de maintenance, la RFID a un prix de revient élevé. Et la durée de vie des puces est nettement moindre que celle des codes barres, beaucoup plus résistants aux chocs. Disons qu'après quatre ans, la RFID doit encore faire ses preuves pour mériter pleinement sa place dans les bibliothèques parisiennes.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.