Un scientifique russe revendique la création du plus petit livre au monde

Joséphine Leroy - 07.03.2016

Edition - International - guinness record - plus petit livre au monde - russie aniskin


Vladimir Aniskin, un scientifique russe, a passé 5 ans à créer une technologie permettant de fabriquer ce qu’il revendique comme étant le plus petit livre au monde. Il mesurerait 0,07 mm sur 0,09 mm. En un mois, il s’est évertué à fabriquer deux versions manuellement. 

 

Photo d'illustration

 

 

L'heure du record du plus petit livre au monde a sonné. Au Guardian, Aniskin assure que « le livre […] est 88 fois plus petit » que le dernier livre enregistré par le Guinness des records. Il provenait du Japon et mesurait 0,74 mm sur 0,75 mm. Il ajoute qu'il est « 67 fois plus petit » que le plus petit livre russe, enregistré par Russian Book of Records (0,644 mm sur 0,660 mm). 

 

Pour obtenir un objet pareil, il fallait des feuilles de film d'une épaisseur minime (de 3 à 4 microns). Le plus difficile était de maintenir les feuilles ensemble, comme le raconte Aniskin. Il a utilisé des fils de tungstène comme reliure pour les pages. Et pour tourner ces dernières, seule une aiguille peut vous aider. 

 

Aniskin a titré son premier petit ouvrage du roman The Steel Flea, de Nikolaï Leskov, un auteur russe du XIXe siècle. Le second, identique au premier dans ses dimensions, s'appelle Alphabet et contient l’alphabet russe.

 

Le micro livre de Vladimir Aniskin

 

 

Une bibliothèque universitaire de l'Iowa, aux États-Unis, avait résolu le mystère du contenu d'un livre microscopique (4 mm). On y découvrait des extraits de la Bible, à condition de se servir d'un microscope, évidemment. Un tel livre pouvait être serti dans un bijou, pour conserver les textes sacrés en toutes circonstances.

 

Après l'approbation du Guinness, nul doute que la course au record du plus petit petit livre au monde sera relancée, si ce n'est pas déjà le cas. En attendant, Aniskin prévoit de faire 10 exemplaires supplémentaires de ses deux livres. Ils seront certainement tout aussi illisibles, mais toujours intéressants scientifiquement.

 

Pour mémoire, en 2012, un Indien tentait de détenir le record :