Un suspect arrêté dans le cadre du meurtre de Menis Koumandareas

Julien Helmlinger - 07.01.2015

Edition - Justice - Menis Koumandareas - Meurtre - assassinat - Enquête


Au cours du mois de décembre 2014, la police d'Athènes découvrait à son domicile le corps de l'écrivain Menis Koumandareas, 83 ans, avec des blessures à l'estomac, au visage et au cou. L'un des auteurs les plus célèbres de Grèce a été étranglé, selon une source policière. Ce mardi, un suspect âgé de 25 ans a été arrêté et présenté au parquet.

 

 

 

L'écrivain avait été retrouvé le 8 décembre, dans son appartement de Kypseli, quartier populaire de la capitale. Comme le précise désormais l'AFP, l'homme arrêté, de nationalité roumaine, est soupçonné d'assassinat et de tentative de vol. Il doit désormais être présenté au juge en vue d'une mise en examen, tandis que son complice présumé est toujours recherché.

 

La porte du domicile n'ayant pas été fracturée au moment du crime, les enquêteurs ont notamment étudié l'hypothèse d'un agresseur connu de sa victime. Comme le précise l'AFP, Menis Koumandareas donnait l'image d'un homme au caractère réservé, mais qui « avait plusieurs facettes en lui. L'une aimait flirter avec le danger, jouer avec le feu », selon son éditrice Anna Patakis

 

Il a fait paraître une vingtaine de livres, nouvelles et essais depuis 1960, et par deux fois, le pays l'a récompensé du prix d'État pour le roman. « La mort tragique de Meni Koumandareas prive la littérature grecque de l'un de ses plus grands écrivains. Depuis plus d'un demi-siècle, Koumandareas a exprimé avec sa sensibilité inégalée et son style personnel les espoirs de l'homme contemporain et de la société grecque », a dernièrement souligné le ministère de la Culture.

 

Au fil de son dernier livre et probablement le plus autobiographique, intitulé Le trésor du temps, publié il y a quelques mois, l'écrivain évoquait la mort de sa femme, ses errances nocturnes dans la ville et autres « soirées passées avec des amis — de temps à autre ennemis aussi ».