Un texte caché au recto d'un manuscrit de Jane Austen décrypté

Antoine Oury - 04.02.2014

Edition - International - Jane Austen - manuscrit - texte caché


Alors que les 200 ans de sa mort (en 1817) approchent à grands pas, Jane Austen aurait encore quelques secrets à livrer. Un texte manuscrit, qui ressemble à la transcription d'un sermon de son frère, cache ainsi un texte que les chercheurs s'échinent à déchiffrer. Le morceau de papier a été découvert dans un exemplaire des Mémoires de Jane Austen, rédigées par son neveu.

 

 

Jane Austen's Grave - Winchester Cathedral.

Tous les secrets n'ont pas été emportés ici... (Jim Linwood, CC BY 2.0)

 

 

Le révérend James Austen, sans que les paroissiens ne soient au courant, lisait régulièrement des sermons signés par sa soeur, Jane Austen. Toutefois, le morceau de papier trouvé dans les Mémoires de Jane Austen, récemment acheté par la Jane Austen's House Museum de Chawton, serait la transcription d'un sermon original de James Austen, copié par sa soeur durant la lecture.

 

« Les hommes doivent prendre l'habitude de répéter par coeur des prières, peut-être même sans en saisir immédiatement le sens, et, sans aucun doute, sans en sentir toute la force et la signification » rapporte la pièce. Ce sujet de la prière répétée comme un mantra, jusqu'à ce qu'elle se décante totalement dans l'esprit, sera abordé par Jane Austen dans Mansfield Park, publié cette même année 1814. J.D. Salinger en avait également fait un point central dans Franny & Zooey, quelques années plus tard.

 

Le document est en lui-même intéressant, mais son recto occupe l'attention des chercheurs : les traces d'un autre texte sont en effet visibles : charge à eux de rendre ce dernier lisible. Le morceau de papier est en fait plié et s'est collé avec le temps, empêchant la lecture. « Il est probablement collé par quelque chose soluble dans l'eau... L'encre ne s'effacera probablement pas, mais nous devons être prudents, et nous allons l'humidifier plutôt que de le plonger dans un récipient d'eau », détaille David Dorning, conservateur au West Dean College.

 

Le texte caché pourrait être la suite du sermon, consacré à la spiritualité, à nouveau. Dans tous les cas, il renseignerait les spécialistes sur l'influence familiale exercée sur les textes et idées de l'auteure.