medias

Un week-end décisif pour l'Imprimerie Nationale

Clément Solym - 18.02.2008

Edition - Les maisons - Imprimerie - Nationale - négociations


Les négociations entre les syndicalistes et le médiateur se sont poursuivies tout ce week-end sur le site de l'Imprimerie Nationale à Choisy-le-Roi dans le Val-de-Marne.

Alors que Loïc Lenoir de la Cochetière le P.D.G. du groupe avait annoncé que les négociations prendraient fin vendredi et que si elles n'aboutissaient à rien il prendrait une « initiative », qui aurait pu être entre autres, mais il ne l'avait pas précisé, une opération pour récupérer les sujets de concourt encore bloqués sur le site. Nordine Hamari, délégué syndical de la CGT, avait déclaré qu'il craignait une « plus grande radicalisation des salariés », si cette opération était menée.Finalement les négociations se sont donc bien poursuivies tout le week-end et le délégué syndical semblait confiant vendredi annonçant « Il reste quelques points tangents à finaliser. On est sur une sortie de conflit ».

Reste un point, les salariés doivent encore se prononcer sur les nouvelles propositions qui leur seront faites, mais Mr Hamari précise que « Les salariés ne peuvent pas se prononcer avant de connaître le projet de reprise. On ne peut pas négocier les mesures sociales sans savoir le volet industriel ». D'autre part, ils avaient exigés que les quelques 77 emplois qui devraient être supprimés soit accompagnés des mêmes mesures qui avaient été mises en place en 2005, à savoir des congés de reclassements à durée illimité, durant lesquels les employés licenciés toucheraient plus de 70 pour cent de leur salaire, en attendant d'être affectés à un nouveau poste de salaire équivalent. La direction de l'Imprimerie Nationale a d'ores et déjà refusé cette proposition beaucoup trop coûteuse à son goût, mais il semblerait qu'un accord soit possible sur une durée de cinq ans.

Que les 16.515 candidats (selon le ministère public) dont les examens ont été reportés se rassurent donc, la situation devrait se dénouer d'ici peu.