Une bibliothèque baptisée en hommage à Oussama Ben Laden

Julien Helmlinger - 19.04.2014

Edition - Bibliothèques - Oussama Ben Laden - Ecole coranique - Fondamentalisme


Il restera dans les mémoires comme un terroriste, pour les uns, mais constitue un « héros de l'islam » pour d'autres. Au Pakistan, l'école coranique Jamia Hafsa d'Islamabad, réservée aux femmes, rend un hommage controversé à l'ancien leader d'Al-Qaïda. L'établissement religieux loue déjà Oussama Ben Laden comme un « martyr », par le biais d'une plaque commémorative, mais le controversé mollah Abdel Aziz qui dirige les lieux, a également choisi de donner à la bibliothèque scolaire le nom du défunt.

 

 

Oussama, CC by 2.0 par stefelix

 

 

Tandis que les responsables de l'école ont annoncé la nouvelle explosive ce jeudi 17 avril, le mollah Abdel Aziz n'en est pas à sa première controverse. Courant 2007, des islamistes radicaux ont trouvé refuge au sein de la Mosquée Rouge, appelée ainsi en raison de la couleur de ses briques, et qui chapeaute l'administration de l'école coranique Jamia Hafsa. Celle-ci mériterait néanmoins son appellation pour une autre raison, historique.

 

Un foyer de l'islam radical, Al-Quaida et charia au programme d'étude

 

Cette mosquée sunnite que dirige actuellement le mollah, est connue depuis des décennies comme étant un haut lieu du djihad ainsi que d'autres promoteurs locaux de la charia, proche d'Al-Qaïda. Si bien que face à ce retranchement de fondamentalistes, l'armée pakistanaise allait lancer une opération sanglante contre la bâtisse située près du parlement local. 

 

L'action répressive, ordonnée par l'ancien président et général Pervez Musharraf, s'étala sur deux jours, provoquant la mort d'une centaine de personnes. En face, les radicaux affirmaient vouloir se battre jusqu'au martyr, ils auraient été armés et auraient opposé une sérieuse résistance, en conservant parmi eux des femmes comme des enfants. Ces derniers étant présentés comme consentants d'une part, et comme boucliers humains de l'autre.

 

Après ce triste épisode, la mosquée a été restaurée. Mais l'assaut aura secoué le Pakistan tout entier et aura notamment contribué à la formation du TTP, coalition de groupes islamistes armés en lutte contre le pouvoir. Ce dernier ayant été accusé de soutenir la « guerre américaine contre la terreur ».

 

Visiblement l'épisode sanglant n'aura pas convaincu la Jamia Hafsa, de promouvoir l'apaisement des tensions, avec sa fameuse plaque commémorative, ainsi qu'en nommant plus dernièrement sa bibliothèque en l'honneur de l'instigateur des attentats du 11 septembre.

 

Un proche du mollah, resté sous couvert d'anonymat, aurait expliqué à l'AFP : « Il est vrai que nous avons nommé notre bibliothèque en l'honneur d'Oussama Ben Laden. Ben Laden est peut-être un terroriste pour les autres, mais pour nous, c'est un héros de l'islam. »