Les livres de la jungle, une bibliothèque pour les réfugiés de Calais

Julie Torterolo - 26.08.2015

Edition - Société - Les livres de la jungle - camps de migrants à Calais - Bibliothèque


Depuis le début de l’année, les médias ne cessent de parler de la forte immigration qui touche l’Europe. Des camps s’installent et la main-d’œuvre bénévole grandit. Bien loin des stéréotypes, une professeure d’anglais a alors décidé d’agir, à sa manière : elle a installé une bibliothèque au sein du camp de migrants à Calais. Le petit espace prévoit alors prêts de livre et même des cours. 

 

I <3 2 read

Kate Ter Haar, CC BY 2.0

 

 

De sa propre initiative citoyenne, Mary Jones, une Anglaise installée à Amiens, a décidé d’apporter quelque chose de plus, de concret, aux milliers de réfugiés qui se trouvent à Calais.

 

« Depuis que le centre précédent à Sangatte a fermé il y a des années, j’ai gardé un œil sur la situation ici, j’apportais des choses quand je le pouvais. Mais je voulais entreprendre quelque chose qui avait réellement quelque chose à offrir, une aide pratique. Beaucoup de gens ici sont bien éduqués — ils souhaitent aller de l’avant et ils veulent des livres qui les aide à les lire et écrire l’anglais, postuler à des emplois, remplir les formulaires », explique-t-elle à Publishing Perspectives

 

Elle au alors l’idée d’installer une bibliothèque au cœur du camp, dénommée « les livres de la jungle ». Une appelation qui ne manque pas de rappeler le nom donné au lieu qui l'abrite: la « jungle ». 

 

Le camp de Calais s’entend jusqu’au bas-côté de la route principale menant au ferry. Plus de 2000 personnes, qui ont fui la répression et la guerre dans les pays, dont l’Érythrée, l’Afghanistan et la Syrie, habitent les lieux, avec l’objectif de fouler les terres anglaises, hors de l’espace Schengen.

 

Le refuge est très vite devenu un bidonville avec des centaines de cabanes, les unes à côté des autres. Des ONG y ont même construit des sanitaires. Églises, mosquée, écoles trouvent également leur place dans ce camp censé être éphémère. Alors, bien loin de ce quotidien, le livre est un gage d'évasion pour quelques heures. 

 

La bibliothèque, alimentée par des dons volontaires et animée par une équipe de bénévoles, propose fiction, livres pour enfants, dictionnaires, livres, encyclopédie, ouvrages professionnels, et permet même de suivre des cours, indique Publishing Perspectives, dont le journaliste s'est déplacé les mains pleines de livres. 

 

« À peine nous avions ouvert la bibliothèque, il a été fascinant de voir la demande des gens pour des nouvelles et de poésie, par exemple », commente Mary Jones. Mais l’offre reste malgré tout trop faible, l’initiatrice appelle ainsi aux dons, notamment en la contactant sur son adresse maryjones@orange.fr. « Nous avons besoin de dictionnaires pachto-français, dictionnaires pachto, dictionnaires anglais, érythréens, de livres dans leurs langues natales », rajoute-t-elle.