Une bouteille de vin et un bouquin ? Jeff Bezos prône l'abstinence

Cécile Mazin - 06.04.2015

Edition - Economie - Amazon livraison - service épicerie - vins alcools


Le service de livraison d'Amazon consacré à l'épicerie et aux produits frais, AmazonFresh, ne manquait pas d'intérêt. Faire ses emplettes en ligne, livraison à domicile... et comme le repas s'annonce délicieux, on pouvait ajouter une bouteille de vin, ou une bière, en apéro. Eh bien c'est fini : il ne faudra plus compter sur Jeff Bezos pour livrer de l'alcool.

 

 

we switched grocery delivery services again

Rakka, CC BY NC SA 2.0

 

 

AmazonFresh ne fournira plus de boissons alcoolisées, à travers son service, pour le plus grand malheur des clients qui se font entendre. Bière et vins ont disparu des rayons de l'épicerie en ligne. L'équipe commerciale d'Amazon se replie derrière un gentil message d'excuse, exprimant toute sa solidarité devant l'inconfort de la situation pour les clients... Mais pas de commentaires ni d'explications officielles.

 

Tout porte à croire qu'en réalité, Amazon se met en conformité avec des législations propres à certains États. D'autres sociétés de vente en ligne ont en effet adopté la même ligne de conduite, depuis plusieurs mois, et pour ne pas encourir de sanctions. D'ailleurs, le siège social d'Amazon, situé à Seattle, se trouve dans l'État de Washington, qui pour le coup interdit la livraison d'alcools, avec, surtout, une réglementation particulièrement stricte. (via Geek Wire)

 

Le marchand proposait bière et vins depuis juillet 2008, à travers un accord passé avec des acteurs locaux – The Wine House, pour la Californie par exemple. En avril 2000, Amazon avait également injecté quelque 30 millions $ dans le site wineshopper.com. 

 

Le service Fresh devait être lancé en Europe, au mois de septembre 2014 avec une première expérimentation en Allemagne.