Une cabine bibliothèque pillée dans la ville d'Albi

Heulard Mégane - 09.07.2019

Edition - Bibliothèques - cabine bibliothèque - ville Albi - boîte à livre


Depuis quelque temps, les boîtes à livres peuplent les villes. C’est une démarche participative et solidaire qui vise à constituer une petite bibliothèque de rue où chacun peut déposer et emprunter des livres gratuitement, privilégiant ainsi l’accès à la culture. Il appartient à tout un chacun de respecter les ouvrages mis à disposition de tous. Albi, ville du sud-ouest, n'a pas eu cette chance. 
 
harmishhk — CC BY-SA 2.0

 
La ville d’Albi, située dans le sud-ouest, chef-lieu du département du Tarn, s’est attelée à transformer des cabines téléphoniques en mini-bibliothèques pour le plus grand plaisir de ses habitants. 

Philippe Enderlin, un Albigeois féru de lecture, participe activement à cette démarche culturelle. Il déclare à La Dépêche « Dernièrement, en passant près de la cabine bibliothèque à l’angle de l’allée du Lude et du Boulevard Paul Bodin, je m’y suis arrêté dans l’espoir d’y trouver un livre intéressant. » Il y a découvert, accompagné d’une autre habitante, une centaine de livres reliés, et un Littré en quatre volumes.

« Du coup, avec cette dame, nous avons entrepris de ranger ces livres qui étaient dans un carton, sur les étagères » raconte-t-il. Après avoir emprunté deux livres et une BD, il est revenu le lendemain pour rendre cette dernière qu’il avait lue. 

Mais c’est avec surprise et contrariété qu’il s'est rendu compte, ce 9 juillet, que tous les livres avaient disparu, emportés par un lecteur peu respectueux des règles de partage en vigueur pour l'usage des bibliothèques de rue...

Des lieux du livre parfois problématiques

L’absence de surveillance des boîtes à livres publiques et l’anonymat des dépôts et retraits peuvent effectivement engendrer certaines dérives. Notamment l’ajout de textes incitant à la haine et à la violence dans la collection, comme ce fut le cas au Nebraska dans la ville de Lincoln

Puisqu’il n’y a pas de bibliothécaire pour réguler les ouvrages mis à disposition, EBLIDA (le Bureau européen des associations de bibliothèques de l’information et de la documentation) recommande d’afficher un règlement sur les boîtes à livres. 

En complément, dans certains pays, par exemple le Code pénal luxembourgeois, il est interdit de diffuser des écrits qui :
Incitent au terrorisme.
Contiennent des insultes contre les ministres, les parlementaires et l’autorité de l’État.
Violent la moralité publique qui protègent la jeunesse (pornographie, publications obscènes).
Encouragent l’utilisation de drogues illégales, mais également légales, telles que l’alcool et le tabac. 
Appellent au racisme, au révisionnisme et à d’autres formes de discrimination sexuelle et religieuse.

Si cela ne suffit pas, il faut opter pour plus de sécurité, comme des bénévoles, associations, ou professionnels qui se chargeraient contrôler le respect du règlement. 


Retrouvez nos articles sur les boîtes à livres et bibliothèques de rue



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.