medias

Une centaine d'éditeurs britanniques en faillite sur douze mois

Julien Helmlinger - 05.11.2013

Edition - International - Royaume-Uni - Edition - Industrie


Triste décompte. Ce lundi, le cabinet comptable Wilkins Kennedy a publié ses chiffres annuels concernant les faillites des maisons d'édition britanniques et le bilan est lourd cette dernière année. Au Royaume-Uni et sur douze mois, ils seraient 98 éditeurs à s'être déclarés insolvables, au rang desquels Evans Brothers qui a pourtant un centenaire d'existence à son actif. Tandis qu'ils étaient 78 l'année précédente, leur nombre serait en hausse de 42 %. Notamment pointé au rang des causes du phénomène : les pratiques discount.

 

 

(CC by 2.0) par HealthGauge 

 

 

Pour le cabinet comptable, cette augmentation du nombre d'enseignes touchées refléterait l'impact des politiques discount sur les ebooks, le piratage de manuels scolaires, et l'énorme expansion des marchés discount et de seconde main du géant Amazon.

 

Auparavant, les éditeurs outre-Manche étaient protégés par le Net Book Agreement qui empêchait jusqu'en 1995 le discount sur les livres neufs en parfait état, reléguant cette pratique aux seuls ouvrages de seconde main ou endommagés. Mais cet accord a été déclaré illégal en 1997, pour avoir été jugé contraire au bien commun, suite aux protestations de Dillon et Waterstones bientôt rejoints par d'autres libraires.

 

Si dans un premier temps la renonciation à cet accord arrangeait bien les libraires et leur a permis d'afficher des ventes record, il aura finalement permis à terme à la grande distribution, puis aux boutiques en ligne de s'imposer sur le marché. Un reportage de la BBC faisait notamment état de plus de 500 libraires indépendants qui auraient fait faillite entre 1995 et 2009.