Une charte de qualité pour les Libraires francophones à l'étranger

Clément Solym - 16.03.2009

Edition - Société - librairies - francophones - étranger


En marge du Salon du livre se tenait hier une réunion de l'AILF, Association internationale des libraires francophones, qui aura duré toute la journée, à l'occasion de l'Assemblée générale annuelle. C'est au CNL que la centaine de libraires s'est retrouvée pour discuter, ainsi que c'est désormais la tradition, en provenance des de toute la francophonie.

Pour entrer dans le vif du sujet rapporte LivresHebdo, la secrétaire de l'AILF, Agnès Debiage, qui officie en Égypte, a évoqué une étude, que l'association avait commandée. Cette dernière touche aux relations avec les partenaires institutionnels locaux, culturels et scolaires. S'en dégagent quelques éléments, axés entre autres autour de la communication - afin de développer les partenariats. Fin 2009, l'Association proposera une charte de bonne conduite pour les librairies : ceux qui répondront aux critères de service, commerce et culture y seront mentionnés, et le document servira de référentiel pour de possibles partenaires.

Présent, Marc-André Wagner, le secrétaire général du CNL, a également mis en avant le rôle de la politique du Centre. Son soutien aux ouvrages français en dehors des frontières est adressé aux librairies qui misent sur l'excellence, explique-t-il. Ainsi, un label sera préparé, en parallèle de la charte, mais prenant exemple sur elle. Pour les boutiques dans le besoin le plus urgent, un fonds serait disponible, à l'instar de ce que représente l'Adelc. On parle d'un budget de 500.000 à 1 million € accordé à 3 voire 5 établissements, pour des taux faibles, voire nuls.

L'investissement du CNL à l'étranger, estime le président Benoît Vibert s'engagerait pleinement à compter de 2010.

Enfin, motif de réjouissance collégiale : l'exportation de livres. Ben même pas. Le déficit s'est creusé, portant à 59 millions la balance, avec une diminution de 0,9 % des exportations, représentant 688 millions, contre 741 millions d'importations, en hausse de 4,6 %. On assiste même à une baisse de l'export vers la francophonie de 0,7 % ; une première en quatre ans...